AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
l'aventure #LOVEISLOVE s'arrête là, le forum ferme ses portes

Partagez | 
 

 #35 appart / It's too late to come on home... [Skye]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Leither Brooke
Soundwaves

↳ ÂGE : 25 ans
↳ CÔTÉ COEUR : Célibataire
↳ ORIENTATION : Pansexuelle
↳ OCCUPATION : Etudiante en art et musique / Auteur compositeur
↳ QUARTIER : #35 appart, Cathedrale Quarter
↳ RP EN COURS : Sasha #Kenlee (end) #Kenlee (end) # Skye (end) # Kenlee & Niahm (end) #Skye



↳ INSCRIT LE : 18/11/2016
↳ CLICS : 190 ↳ POINTS : 180
↳ PSEUDO : Lei
↳ AVATAR : Abby Brothers
↳ AUTRES COMPTES : Non

MessageSujet: #35 appart / It's too late to come on home... [Skye]   Ven 20 Jan - 23:31

Leither, Skye
Is it too late to come on home,
these barriers of stones, turned into a fire wall...


Précédemment...


"(fermant la porte de sa voiture) Bon alors, tu es sur de vouloir rentrer chez toi? (jouant du sourcil, faisant l’imbécile) On pourrait aller sur mon yach..." Tentant de ne pas rire, je ne résistais pas longtemps... "(rire) tu ne perds jamais le nord toi!" Faisant tourner son moteur... "Jamais! mais parfois de très jolies femmes me font perdre la tete" Éclatant de rire, je secouais la tete sous les propos de l'anglais..."Et ça, ça fonctionne?!" Rigolant à son tour "Humm apparemment pas toujours..." Soupirant bruyamment, j'hésitais 2 secondes avant de lui répondre la voix légèrement enraillée... "Et si on prenait ton jet? (baissant la voix) j'aimerai faire un tour en Angleterre..." Souriant tendrement, james caressa de son pouce ma joue avant de répondre la voix enjouée... "God save the queen!"

Passant prendre mon passeport et quelques effets dans mon appartement, je laissais mes clés à mikeal lui demandant de passer tous les jours, juste pour vérifier si tout était en ordre... Il faut dire que celui ci était une des résidences secondaire d'un ami à ma mère, et qu'il n'avait pas hésité à me le "louer" en l'état, à savoir aves literies, vaisselles et meubles... Situé dans le quartier de Cathédrale, quartier aussi vivant et diversifié que Titanic, l'appartement se trouvait dans un immeuble sécurisé d'une quinzaine d'étages. Ni trop spacieux, ni trop petit son caractère résidait dans son design industriel et cosy... A la décoration, on voyait bien que le propriétaire était un homme, mais j'y avais ajouté quelques petites touches personnelles afin de rendre le tout unisexe et un peu moins froid. Prévenant tout de même denise de mon escapade afin qu'elle prenne les cours pour moi et si besoin qu'elle justifie mon absence, je montais dans le jet de James direction l’Angleterre.... Cela faisait une heure que nous volions, lorsque je reçus de mon téléphone un mail de Brooklyn, hésitant je finis par ne pas l'ouvrir n'ayant ni le cœur, ni la force de lui répondre. C'était sous ses conseils que je m'étais décidée à affronter kenlee, et même si les choses ne s'étaient pas déroulée de la meilleure de manière, j'en avais tiré une grande leçon: rester dans mon monde et laisser les autres se d’emmerder dans le leur... J'étais si épuisée de tout ce qui venait de se passer durant ces derniers jours, que je ne vis pas à quel moment je plongeais dans les bras de morphée. J'aurais pu continuer à dormir ainsi, si je n'avais pas été réveillée par une sensation de chute qui m'éveilla brutalement... "Hey tout va bien, on amorce juste la descente..." Desserrant mon emprise sur le bras de James, je réalisais que je m'étais asssoupie dans ses bras, son corps chaud me servant de doudoune. Me redressant légèrement gênée de cette proximité, j'adressais au brun un timide sourire avant de mettre un peu d'ordre dans mes vêtements... "Tu sais que tu ronfles en dormant?" Fronçant les sourcils, j'éclatais de rire face au faciès moquer de james... "(tapant son épaule) Menteur! Je suis une parfaite princesse et les princesses ne bavent pas, ne ronflent pas et ... " M'interrompant hilare... "Et ne chient pas!" Surprise, je restais quelques secondes sans voix avant d'éclater de rire à mon tour.... "Je ne suis pas du genre coincé mlle Brooke, vous n'allez pas tarder à le découvrir!" Clin d’œil entendu, james m'offrit un de ces sourires chaleureux qui avaient le don de me détendre... Une fois sur le tarmac, nous descendîmes du jet sous un ciel bleu azur et un soleil éclatant. Fronçant légèrement les sourcils étant complétement dépaysée, ne reconnaissant en rien l'angleterre de mes souvenirs, je restais figée sur ma marche... "James... nous sommes dans quelle ville? J'avoue que je suis un peu perdue... je..." Hilare le brun sortie sa paire de lunette de soleil, et c'est fier de son coup, le sourire aux lèvres qu'il me répondit d'une voix enjouée... "Welcome to Barcelone!" J'étais sur le cul, sur le cul mais plutôt excitée à l'idée de visiter cette grande ville. Se saisissant de ma main, le brun me guida jusqu'à la ferrari qui nous attendait... Ok, là j'étais plus qu'excitée!

Barcelone... Barcelone et son architecture, son street art, son soleil, ses multiples odeurs, son atmosphère si particulière, cette joie de vivre communicative et chaleur humaine... Je tombais amoureuse de ce pays! James quand à lui était heureux de me faire découvrir des endroits magnifiques, chargés d'histoires ou encore populaires. Cette ville était si riche et diversifiée que d'une rue à l'autre, on avait l'impression de changer de lieu et pourtant... Quand à sa cuisine, tapas, sarsuela, fideua, Boles de picolat de vrais tueries; et ces vins catalans... humm exquis! Je goutais de tout, m’intéressais à tout et m'émerveillais de tout sous le regard amusé de james... L’Angleterre? Il n'en était plus question! Je comptais bien décompressé en compagnie du brun qui se révélait être un parfait coach de lâché prise. Le jour nous parcourions les rues et monuments, le soir nous faisions place à de véritables fêtards... Alcool, weed, musique, rencontres, conquêtes pour james, les journées défilèrent à vitesse grand V... La seule ombre au tableau était Brooklyn, je ne lui avais toujours pas répondu et me retrouvais avec six emails au bout de trois jours. Je savais qu'elle s'inquiétait d'une certaine manière ou du moins le pensais, allez savoir, après kenlee je n'avais guère confiance en l'autre... Mais je me devais de lui répondre et c'est m'éloignant du groupe qui débutait un jeu qui se finirait en orgie, que je me rendis dans ma chambre fermant celle ci à clé derrière moi... Déjà une heure et je ne savais quoi lui répondre. Je me trouvais minable de m’être comportée comme la soliste, mais j'allais remédier à cela... Trente minutes plus tard, je glissais enfin mes doigts sur le clavier. M'excusant à plusieurs reprise de mon silence, la remerciant pour ces longues nuits à s'échanger des mails, les fous rires et nos discussions, mais que je mettais fin à nos échanges. La rassurant sur le fait qu'il ne s'agissait aucunement d'une chose qu'elle aurait pu faire ou dire, je m'excusais encore avant de lui souhaiter le meilleur et surtout de vaincre le cancer... Ok y'avait mieux comme merssage, mais kenlee m'avait dégouté de l'autre, m'avait conforté dans le fait que j'étais bien mieux du haut de mon donjon, que vulnérable parmi la foule. Trois jours passèrent, jusqu'à ce que je recoive un appel qui mit fin à mes "vacances... "Tu as quoi? (voix masculine) Ok ok, je préviens James de toute façon, il était prévu que l'on rentre dans les prochains jours... (voix masculine) TU PLAISANTES!!! Attends j'envois un message à denise (tapotant sur le clavier rapidement) Allo, tu es là? (voix masculine) Mais tu es vraiment .... (voix masculine) Non mais comment tu as... Attends j'ai recu un message (lissant le message) Allo? (voix masculine) Ok c'est bon, elle m'a dit qu'elle sera là.. (voix masculine) Je vais juste te..." Biiiiiip... Regardant le telephone, je froncais les sourcils... "Et en plus il me raccroche dessus!".
---------------------------------------------

Présentement, 18h appartement de lei....

TOC TOC TOC... Se précipitant pour ouvrir, visiblement soulagé "Haaaaaaaaa te voila enfin! merci d'etre venue! (parlant rapidement) J'aurai préféré faire ta connaissance autrement, mais j'ai tellement entendu parler de toi que c'est comme si je te connaissais déja! (attrapant son manteau) Brune, ni grande ni petite, elle avait tout de meme oublié de préciser que tu étais aussi jolie... (sourire charmeur, dépassant la jeune femme) Je viens de l'avoir, elle ne devrait pas tarder à atterrir, donc au pire elle en a pour une heure à tout casser! (coupant la parole à la brune) Tu ne sais pas combien tu me sauves la vie! j'ai cassé la clé dans la serrure donc la porte ne se ferme plus, et tu connais déja la sauvageonne... Heureusement que j'ai un cours à donner! (sortant de l'appartement, montrant la porte) Pour fermer, tu pousses et mets la brique derrière la porte... (pénétrant dans l'ascenseur) merciiii, je te revaudrai ça! (mettant sa main entre les portes) haaaa oui j'ai oublié de te dire, y'a une tempête qui se prépare, on passera en zone orange d'ici deux heures, mais elle sera déja arrivée d'ici là, by!"
---------------------------------------------------

3h plus tard, appartement de leither...

Je descendis du jet de james complètement ivre, sous une pluie battante, l'orage tonnant au loin. Heureusement qu'un chauffeur nous attendait au pied de celui ci... Nous apprimes qu'une tempete s'était abattue sur la ville et que nous n'allions pas tarder à passer en zone rouge. Dieu merci, nous étions arrivé à temps... Remerciant encore james pour cette semaine de folie, je me précipitais dans le hall de mon immeuble, avant de prendre l'ascenseur direction le 12em étage... Je savais que Denise allait me tuer car j'avais menti à mike, lui disant que j'étais dans l'avion alors que nous n'avions toujours pas embarqué. Ne voulant pas subir les foudres de mon amie, j'avais éteins mon portable, portable qui était toujours éteins alors que je poussais doucement la porte d'entrée, ayant été prévenu par mike du systeme D pour fermer celle ci... L'appartement était dans la pénombre, seule la lumière de la cuisine était allumée signe que Denise avait tenu parole. Marchant à pas de loup je vis celle ci couchée sur le canapé, tete enfouie dans ses bras, l'air profondement endormie. Ne faisant aucun bruit, j'éteingnis la lumière de la cuisine et me dirigeais vers le canapé ou très délicament, je me glissais aux cotés de la brune, mon visage contre son ventre chaud, mon bras gauche venant entourer sa hanche. Confortablement installée, sentant le mojito à plein nez, je poussais un soupir d'aise laissant le sommeil m'emporter. 


Spoiler:
 



© code par Nostaw.
" />
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loveislove.forumactif.com/t176-leither-let-vibrations-waving-on-your-body http://loveislove.forumactif.com/t373-soundwaves#3856 http://loveislove.forumactif.com/t356-soundwaves http://loveislove.forumactif.com/t377-soundwaves#3864
avatar

Skye Thompson
dreamcatcher

↳ ÂGE : trente ans
↳ CÔTÉ COEUR : célibataire qui n'attend plus rien de cupidon
↳ ORIENTATION : bisexuelle
↳ OCCUPATION : auteur et illustratrice
↳ RP EN COURS : Leither
↳ INSCRIT LE : 22/11/2016
↳ CLICS : 131 ↳ POINTS : 60
↳ PSEUDO : tinkerbell
↳ AVATAR : stroup

MessageSujet: Re: #35 appart / It's too late to come on home... [Skye]   Mar 24 Jan - 11:31

Ce serait mentir que dire que ça ne me touche pas. Depuis déjà quatre jours, je n’ai plus de nouvelles de Sydney. Pendant une semaine nous avons discuté tous les jours, parfois même pendant la nuit. Les mails se succédaient et ça me donnait une certaine force pour aller de l’avant. Je lui envoyais un mail chaque fois que je partais pour l’hôpital faire ma séance de radios, et elle m’écrivait toujours quelque chose pour me faire sourire, ou même rire. Quelque chose qui me permettait de me rendre à l’hôpital sans peur et le coeur léger. Il y a beaucoup de choses que je connais d’elle, mais je ne suis même pas sûre que toutes ces choses sont vraies. Après tout, notre rencontre n’est que virtuelle, et il est tellement facile de mentir, de tricher. Elle m’appelle toujours Brooklyn alors que ce n’est pas mon vrai prénom. Plusieurs fois j’ai hésité à lui dire la vérité. Je n’ai menti sur rien, si ce n’est ce pseudo à la con. Mais j’ai eu trop peur qu’elle le prenne mal, qu’elle m’en veuille, qu’elle coupe tout contact. Alors je suis restée Brooklyn, je lisais ses mésaventures et elle en faisait de même. Sa vie trépidante ressemblait à un roman et chaque seconde j’avais envie d’en savoir plus. Si bien que le jour où elle m’a dit ne pas avoir de nouvelles de la fameuse femme avec qui elle semblait tisser un début de relation, je l’ai poussée à aller la voir. Sans trop savoir pourquoi, j’avais besoin d’en savoir plus, avoir un statut à mettre sur leur relation. L’entre-deux m’angoissait légèrement, sans doute parce que je m’étais déjà attachée à Sydney, que je n’avais pas totalement envie qu’elle se mette en couple avec la fameuse fille de qui elle n'arrêtait pas de me parler. Je ne sais pas pourquoi. Pour ne la garder que pour moi sans doute. Qu’elle ne cesse jamais de m’écrire, de me parler, de me faire me sentir vivante. Alors elle a accepté d’aller voir cette femme, de lui demander des explications. Et depuis plus rien. Plus de nouvelles de Sydney, plus de mails. Ce n’est pas faute de l’avoir relancée plusieurs fois. Et l’angoisse est revenue, les questionnements, les heures à penser à tout ce que j’aurai dû faire ou ne pas faire. Dire ou ne pas dire. J’ai relu tout notre échange de mails. Deux fois. Et toujours pas de ses nouvelles.

Et puis il y a trois jour, un mail. Un mail d’elle. Le coeur battant, je me laisse quelques secondes pour calmer mon coeur qui bat la chamade, et ouvre finalement le mail. Je le parcours une fois, puis deux. J’ai du mal à croire ce qu’elle me dit. Elle s’excuse mais met fin à notre échange. Comme ça, l’air de rien, sans m’expliquer réellement pourquoi. Mon coeur implose, j’ai mal. Et je me sens affreusement idiote de m’être attachée autant à elle et à ce lien tissé virtuellement. Quelle conne. Je referme mon ordinateur en le claquant presque, les yeux embrumés, la respiration rapide et les mâchoires serrées. Je ne lui répondrai pas. Blessée, sûrement. Je laisse alors passer un jour, puis deux, et j’y pense sans cesse. Je culpabilise de l’avoir poussée à aller voir la fille qu'elle convoite parce que je suis certaine que tout réside de là. Et puis sans vraiment réfléchir, je finis par appeler mon pote hacker pour lui demander de me trouver l’adresse de la demoiselle. Rien qu’avec son adresse IP, il est fort celui-là. Et il y arrive. Adresse en main, notée sur un papier, je sens ma main trembler légèrement. Mais je dois le faire, je dois y aller, essayer de voir ce qu’il en est. Je ne voudrais pas qu’elle ait fait une bêtise, j’ai tendance à imaginer le pire quand je suis stressée. J’enfile un jean serré, un pull en grosses mailles, une paire de bottines en cuir et mon manteau, et je file droit en direction de l’appartement de la demoiselle, le coeur battant. Elle n’habite pas loin, c’est même hallucinant que nous habitions dans la même ville toutes les deux. Une fois devant l’appartement en question, je prends une large respiration et décide de frapper à la porte, espérant qu’elle soit là. Quelqu’un ouvre la porte, mais je ne m’attendais pas à un homme. Est-elle fiancée ? Est-ce juste son coloc ? Son frère ? « Bonsoir je… » Il ne me laisse même pas le temps d’en placer une, on dirait qu’il est au bout de sa vie. « Haaaaaaaaa te voila enfin! merci d'etre venue! J'aurai préféré faire ta connaissance autrement, mais j'ai tellement entendu parler de toi que c'est comme si je te connaissais déja! Brune, ni grande ni petite, elle avait tout de meme oublié de préciser que tu étais aussi jolie… » Je ne comprends pas ce qu’il raconte, comment pouvait-il prévoir que je viendrais voir Sydney ce soir ? J’ai du mal à saisir ce qui est en train de se passer, et il parle trop vite pour que j’ai le temps d’en placer une. « Je viens de l'avoir, elle ne devrait pas tarder à atterrir, donc au pire elle en a pour une heure à tout casser! » Je prends une inspiration pour prendre la parole et je n’arrive à sortir qu’un « Mais je… » que déjà il est reparti pour un tour. « Tu ne sais pas combien tu me sauves la vie! j'ai cassé la clé dans la serrure donc la porte ne se ferme plus, et tu connais déja la sauvageonne... Heureusement que j'ai un cours à donner! Pour fermer, tu pousses et mets la brique derrière la porte… » Je reste bête, là devant cette porte, cet appartement que je ne connais pas, face à cet homme qui me prend visiblement pour quelqu’un d’autre. Il pénètre déjà dans l’ascenseur et je suis là, les bras ballants, à le regarder presque disparaître sans rien pouvoir dire.  « merciiii, je te revaudrai ça! haaaa oui j'ai oublié de te dire, y'a une tempête qui se prépare, on passera en zone orange d'ici deux heures, mais elle sera déja arrivée d'ici là, bye! » Et voilà. Il a disparu. Je soupire un peu et tourne la tête en direction de la porte de l’appartement. Très bien. Je ne vais pas m’enfuir en courant maintenant que je suis là. Alors je pénètre dans l’appartement. Il est grand et plutôt atypique. J’adore. Je ferme la porte derrière moi en poussant la brique comme indiqué et retire mon manteau que je pose sur le dossier d’une chaise. Je fais le tour de l’appartement et découvre chaque pièce une à une, m’émerveillant devant cet endroit décoré avec goût. Je souris en imaginant une jolie demoiselle dans son lit, sa salle de bain.

Après une bonne heure à tourner en attendant que la jeune femme arrive, je décide de me laisser aller dans le canapé. Le sommeil s’empare de moi plus vite que je ne l’aurai voulu, la radio flingue complètement mes défenses immunitaires et la fatigue a tendance à bousiller mes journées. De toute manière je n’ai pas grand chose d’autre à faire. Je m’endors donc sur le canapé et n’entends pas lorsque la propriétaire des lieux fait son apparition. Les bras pliés sur mon visage pour me cacher de la lumière de la cuisine laissée allumée pour qu’elle ne se blesse pas en rentrant, je suis totalement endormie. Je la sens à peine se glisser contre moi, pensant qu’il s’agit simplement d’un de mes nombreux rêves. Mais c’est un violent bruit d’orage qui me réveille en plein milieu de la nuit, sursautant et réveillant au même titre la jeune femme endormie tout contre moi. Je tends le bras pour atteindre le guéridon et appuyer sur le bouton pour allumer la lumière, mais rien. Je tourne la tête pour regarder la télé et le décodeur mais tout est éteint. Panne de courant je présume. « Y’a plus d’électricité. » Dis-je en murmurant, le sommeil s’évaporant. C’est alors que je me rends compte que Sydney est rentrée, et qu’on a dormi l’une contre l’autre pendant plusieurs heures. Un éclair illumine la pièce un quart de seconde, mais pas suffisamment pour que j’arrive à voir le visage de la jeune femme. « Tu as des bougies ? » Toujours avec cette voix feutrée, sans trop savoir pourquoi d’ailleurs. Dehors, j’entends le déluge, la pluie, le vent, l’orage qui gronde encore et je frissonne. Je n’ai jamais vraiment aimé ça, mais je dois faire bonne figure. C’est assez bizarre de se retrouver en pleine nuit avec une inconnue, dans un appartement plongé dans la pénombre. Je crois que je commence à angoisser un peu. Qu’est-ce que je fous là ?

_________________


Gotta get up and try
looking for freedom ☽ Where there is desire, there is gonna be a flame. Where there is a flame, someone's bound to get burned, But just because it burns, doesn't mean you're gonna die. You gotta get up and try, and try, and try
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loveislove.forumactif.com/t920-skye-o-c-est-con-le-bonheur-car-c-est-souvent-apres-qu-on-sait-qu-il-etait-la http://loveislove.forumactif.com/t926-dreamcatcher http://loveislove.forumactif.com/t925-dreamcatcher http://loveislove.forumactif.com/t924-dreamcatcher
avatar

Leither Brooke
Soundwaves

↳ ÂGE : 25 ans
↳ CÔTÉ COEUR : Célibataire
↳ ORIENTATION : Pansexuelle
↳ OCCUPATION : Etudiante en art et musique / Auteur compositeur
↳ QUARTIER : #35 appart, Cathedrale Quarter
↳ RP EN COURS : Sasha #Kenlee (end) #Kenlee (end) # Skye (end) # Kenlee & Niahm (end) #Skye



↳ INSCRIT LE : 18/11/2016
↳ CLICS : 190 ↳ POINTS : 180
↳ PSEUDO : Lei
↳ AVATAR : Abby Brothers
↳ AUTRES COMPTES : Non

MessageSujet: Re: #35 appart / It's too late to come on home... [Skye]   Jeu 26 Jan - 6:40

Leither, Skye
Is it too late to come on home,
these barriers of stones, turned into a fire wall...


Blottie contre le corps chaud de "denise", légèrement sous l'effet de la weed que celle ci me fournissait, imbibée d'alcool et encore ivre de ce séjour en Espagne, je n'avais pas tardé à rejoindre les bras de morphée... Si dans un premier temps mon esprit avait décidé de se mettre au repos, par la suite je me retrouvais sur l'estrade de l’amphithéâtre de l'université jouant du piano à une vitesse folle. La mélodie m'était inconnue, mais elle était puissante et chargée en émotion, coeur léger je m'abandonnais dans ce solo lorsque  soudain je l'entendis... M'accompagnant avec fougue, son archet courant sur les cordes tendues de son instrument, kenlee apporta de nouveau ce petit quelque chose qui sublimait le tout... Fermant un court instant les yeux luttant entre répulsion et admiration, j'eus l'impression d’être happée en avant ce qui m'obligea à ouvrir de  nouveau mes yeux... C'est alors que je réalisais stupéfaite qu'il n'y avait plus face à nous les élèves, mais une espèce de mur d'ondes bleues opaline sur lequel nous apparûmes la brune et moi... Bien que surprise, mes doigts ne cessaient de glisser sur les touches, de même ceux de la soliste ne cessaient de manier avec force et agilité son archet. Devant nos yeux défilèrent plusieurs scènes allant de ce moment partagé avec la brune à ce fameux "bar" immeuble, au restaurant, la galerie, l'agression, son studio, les mots aussi durs qu'injustes de la blonde, ma confrontation avec nate, et james et moi dans la voiture... Le violon me parvint de loin attirant mon attention vers la brune dont la silhouette se flouta à mesure que le son de son instrument se faisait plus lointain, jusqu'à ce qu'elle disparaisse... Reportant mon attention sur ce "miroir" aux souvenirs, je ne cessais de jouer, la mélodie se faisant tantôt entrainante, tantôt lente et morose. James... son sourire, sa voix chaleureuse, son regard toujours pétillant et cette irrépressible envie de vivre, de ressentir, de découvrir... Je me revoyais rire, danser, chanter avec lui. M'émerveiller, me rassasier, me lâcher, vivre pleinement les moments présents... Quand à mon coach en lâcher prise, il n'avait rien exigé de moi, rien forcé entre nous malgré le fait qu'il ne cachait aucunement ses désirs. Aux petits soins sans pour autant être sur-protecteur, il avait définitivement réussi à domestiquer le fauve que je pouvais être... J'aimais sa présence comme j'aimais sa discrétion, j'aimais son sourire comme son rire franc et sonore; J'aimais également sa facilité à savoir lorsque j'étais mal et ce malgré les sourires et faux semblants; Pire, il parvenait à me faire me mettre à nu dans ses bras... Devant moi ce jouait de nouveau cette fameuse nuit à l’hôtel ou james avait frappé à ma porte afin de savoir si tout allait bien, et ou sans que je n'ai à parler il avait vu que rien n'allait. Je venais d'envoyer un message à brooklyn lui faisant part de la fin de notre correspondance par mail, ayant par ce geste ré-ouvert la porte kenlee que j'avais condamné... M'insurgeant, revendiquant, capitulant, j'avais fait le vide de mes émotions négatives vis à vis de cette "histoire" abracadabrante dans laquelle je m'étais laissée embarquer... J'en ressortais la méchante de l'histoire, l’égoïste ou la jeune insouciante manquant d'expérience; Quand manifestement de nous deux c'était bien la soliste qui avait un besoin vital de grandir, se découvrir et s'épanouir... Finissant en pleure dans les bras de james, j'avais extérioriser ma déception et ma honte pour laisser place de nouveau à la louve, une louve qui avait une meute bien définie et qui ne laisserait plus personne s'approcher de nouveau.... Soudain un violent bruit de tonnerre se fit entendre, alors que je fus secouer violemment. Sortant brutalement de mon sommeil, je sentis "denise" bouger son corps s'étirant près de moi. « (murmure) « Y’a plus d’électricité. »

Ronchonnant, j'ouvris légèrement les yeux pour constater que la pièce était plongée dans la pénombre, ce qui ne m'étonnais guère au vu de de la dépression qui nous touchait. J'avais vécu une tempête plus jeune au cours d'un voyage avec mes parents à la Nouvelle Orléans; Je savais donc qu'une alerte niveau rouge n'était pas à prendre à la légère, réflexion qu'un violent éclair sembla avérer... « Tu as des bougies ? » Des quoi? Mais qu'est ce que j'aurai bien pu faire avec des bougies?! Ok, ok y'avait plusieurs utilités aux bougies du style ambiance romantique, coupure d’électricité, économie de facture d’électricité, ambiance zen ou autres utilités du genre, mais à vrai dire celles ci ne rentraient pas dans mes priorités soooo... Non, je n'avais pas de bougies, je n'avais même pas de lampe torche c'est pour dire! Mais en même temps nous vivions à l'heure du numérique, et donc nos portables étaient pourvus de lampe torche intégrée, ce qui nous évitait de nous encombrer de lampes ou autres... En attendant, il n'y avait nul part ou aller, rien qui nous pressait à sortir de ce canapé au combien confortable! Et en y pensant bien, j'avais éteins mon portable qui se trouvait sur la paillasse de la cuisine, alors définitivement non! Je n'allais pas bouger de là!! Installant plus confortablement ma tete contre le ventre de "denise", je glissais ma main sous son haut, au niveau de son dos et caressais celui ci avec tendresse... "(Voix enrouée et grognonne) Mais pourquoi tu veux sortir de là! (poussant un petit son plaintif, voix mutine) Je suis bien là ou je suis moi!" Laissant le bout de mes doigts glisser du creux de sa colonne à celui de sa hanche remontant par la meme un peu plus son haut, mettant à nu son ventre... " (poussant un soupir) En plus t'es toute chaudeeee!" Caressant du bout de mon nez et de mes lèvres son ventre, je plaquais ma joue sur celui ci, glissant de nouveau ma main dans son dos, resserrant l'emprise sur son corps... "(fermant de nouveau les yeux, voix boudeuse) Tu ne vas nul part! (souriant contre son ventre) Et tu sens bon, en plus d'avoir la peau toute douce! (embrassant son ventre, me blottissant un peu plus) Tu es le parfait oreiller!!" La chaleur qui se dégageait du corps de la brune était une invitation à se détendre et s'en dormir; C'est donc tout naturellement que je me sentis repartir. Luttant pour ne pas abandonner mon "amie" seule face à cette tempête, j'enchainais sur un autre sujet... "Hummm, au fait... James est vraiment génial! (souriant contre son ventre) J'ai passé une semaine juste incroyable! Je sais, je sais, je ne t'ai toujours pas dit pourquoi j'étais partie aussi vite... (mon sourire s’effaçant, voix plus sombre) mais l'important est que ca va mieux maintenant! c'était juste une mauvaise période à passé... (court silence) tout ira mieux maintenant... J'ai fait ce qu'il fallait pour..." Caressant de nouveau du bout des doigts la bas du dos de "denise", je songeais à brooklyn, à sa lutte face à son cancer, à mon dernier message, à la difficulté que j'avais eu à l'écrire, à la peine que j'avais eu à l'envoyer... "(voix teintée de tristesse) Si... (hésitant) Si tu discutais avec quelqu'un... pas longtemps, imaginons...hum... une semaine par exemple! Et que du jour au lendemain, sans que tu n'ais fait quoi que ce soit, cette personne décide de mettre fin à vos échanges... (hésitant) Est ce que cela t'aurait fait quelque chose? Je veux dire... comment savoir si cela compte pour l'autre ou si ce n'est qu'une chose de peu d'importance? (fronçant les sourcils, stoppant mes caresses) Comment savoir si tu as blessé cette personne?"


© code par Nostaw.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loveislove.forumactif.com/t176-leither-let-vibrations-waving-on-your-body http://loveislove.forumactif.com/t373-soundwaves#3856 http://loveislove.forumactif.com/t356-soundwaves http://loveislove.forumactif.com/t377-soundwaves#3864

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: #35 appart / It's too late to come on home... [Skye]   

Revenir en haut Aller en bas
 

#35 appart / It's too late to come on home... [Skye]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Exercice : liste de ce que je veux dans mon appart
» Chasseur d'appart' - La nouvelle émission de Stéphane Plaza
» Faire au mieux avec un appart pas bio...
» Echanger un appartement Toulouse-paris
» Déménager : l'occasion d'une mise à plat ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#loveislove :: 
WELCOME TO BELFAST
 :: cathedral quarter :: habitations
-