AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
l'aventure #LOVEISLOVE s'arrête là, le forum ferme ses portes
anipassion.com
Partagez | 
 

 Charlie || 'Cause i'm a fucking mess sometimes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Laël Lynn
littlecat

↳ ÂGE : 26 ans
↳ CÔTÉ COEUR : fiancé
↳ ORIENTATION : homosexuel
↳ OCCUPATION : Animateur jeunesse
↳ QUARTIER : Titanic Quarter
↳ RP EN COURS : Livio
Charlie
Andrea
Mifa
Ruben
↳ INSCRIT LE : 27/12/2016
↳ CLICS : 52 ↳ POINTS : 600
↳ PSEUDO : Tetsu
↳ AVATAR : Louis Tomlinson

MessageSujet: Charlie || 'Cause i'm a fucking mess sometimes   Sam 31 Déc - 15:19


'Cause i'm a fucking mess sometimes
30 décembre – 22h.

Tu avais voulu te balader. Prendre un peu l'air, non pas parce que tu étouffais ou quoi que ce soit d'autre mais tout simplement parce que tu avais de temps à autre besoin de liberté. Le froid te mord la peau malgré ton nez enfoui dans ton écharpe à ta sortie hors de l'immeuble, mais ça t'arrache un petit sourire détendu ; tes pupilles se relèvent un instant vers le ciel pour admirer les boules de feu qui s'affichaient plus ou moins fortement et tes pas t'entraînent entre les dédales vidés par l'arrivée de la nuit. Tes mains gantées sont enfoncées dans les poches de ton manteau et tes écouteurs crachent une musique bondissante au creux de tes oreilles.

Tu te perds entre les différents quartiers de Belfast, mille rêves pétillants au creux de tes pupilles. Tu sors de temps à autre ton portable pour jeter un coup d’œil à l'application, mais aucun message ne te parvient ; tu finis par te laisser tomber sur un banc dans un soupir d'aise, tes pupilles revenant contre cette étendue noire aux points blancs, petites étoiles traversées par tes rêves d'enfant ; existait-il quelqu'un, là-haut ? Est-ce qu'il vous regardait, vous admirait, vous craignait, vous détestait ? Tu croyais non seulement en Dieu mais aussi aux petits bonhommes verts ; les imaginer arriver sur Terre dans un nous venons en paix t'avait toujours fait rire.

Une silhouette remue alors dans ton champ de vision et tu coupes ta musique dans un froncement de sourcils. Tu t'attends à voir un sdf mal en point par ce froid qui doit être insupportable pour eux ; et tu te redresses brutalement, bien décidé à le convaincre d'aller dans un foyer d'accueil pour la nuit. Mais lorsque tu t'approches, ce n'est pas une silhouette d'un sans-abri qui se dessine mais celle d'une connaissance ; et tu viens furieusement te pincer les lèvres en reconnaissant ton beau-frère pour ne pas lâcher une insulte. Tu t'installes à ses côtés, tes doigts glissant délicatement sous son menton pour vérifier ce que tu craignais. Tu le relâches dans un soupir d'inquiétude, lui adressant un regard en coin. « Tu comptes rester là longtemps ? » Il n'était même pas correctement protégé, ptain ; même si parfois la drogue augmentait la température du corps, on était tout de même début hiver et les degrés tiraient au négatif ici. Tu retires ton écharpe pour entourer son propre cou. « T'es pas sérieux, Charlie » Marmonnes-tu du bout des lèvres, passant un regard attendri sur sa silhouette, comme tu le ferais sur n'importe quel jeune dont tu avais la charge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


↳ ÂGE : 22 ans
↳ CÔTÉ COEUR : Libre comme l'air
↳ ORIENTATION : Don't ask, don't tell...
↳ OCCUPATION : Ancien militaire de la Irish Army, plutôt drogué ces temps-ci, traine aussi dans les embrouilles
↳ QUARTIER : #82 - Cathedral quarter
↳ RP EN COURS : Benjamin - Ceallagh - Dwayne - Annabeth - Keane's Family - Laël - Ezekiel (rp loterie) - Emmet - Joshua #2 - Caitriona - Arilie #2
↳ INSCRIT LE : 26/11/2016
↳ CLICS : 914 ↳ POINTS : 2280
↳ PSEUDO : Cass
↳ AVATAR : Jeremy Allen White (skrivaj)

MessageSujet: Re: Charlie || 'Cause i'm a fucking mess sometimes   Mar 3 Jan - 16:19

 
Laël & Charlie

Bientôt la fin de l'année. Bientôt le réveillon. Tu avais réussit à te soustraire au devoir familiale pour le 31, prétextant que tu étais déjà invité ailleurs et que de toute façon, Nouvel An se fait entre amis. Pourtant ce n'est pas tout à fait vrai. Tu n'as pas eût d’autres invitations, tu n'as même que très peu d'amis depuis ton retour. Ayant à peine pris le temps de renouer avec tes anciennes relations.
De toute façon tu n'es pas en état pour faire la fête, tu es trop mal en ce moment. Tu passes tes journées enfoncée dans tes draps, fumant des joins ou sniffant un peu de poudre pour te permettre d'atteindre un état comateux qui te laisse te reposer un minimum. Tu ne dors plus depuis trois jours non plus. Les cauchemars venant te hanter, plus fort encore que jamais, te faisant hurler à toutes heures du jour ou de la nuit, t'épuisant encore plus que tu ne l'es déjà. Tu ne voulais pas bouger, tu voulais qu'on te laisse tranquille. Et pourtant tu es sortit ce soir. Tu es sortit parce que tu es à cours de drogue. Benjamin ne pourra pas te fournir avant ta livraison habituelle alors tu as pris une petite veste pour sortir par ce froid hivernal, les billets enfoncés dans ta poche et tu as chercher le premier dealer que tu pouvais trouver.

Tu avais fais plusieurs rails de coke après avoir fait le plein, n'attendant même pas d'être rentré chez toi pour ça. Tu les avais fait à même le muret sur lequel tu t'étais assis, trop impatient de te sentir frôler les portes de l'extase. La drogue pulsait dans ton sang, tu avais fait plus de rails que d'habitude sans pause. Tu les avais alignés, les uns après les autres sans aucune hésitation. Tu avais besoin de ça ce soir. Tu avais besoin de plus, toujours plus.
La cocaïne faisait son effet, te transportant doucement vers cette sensation d'extase, une sensation de bien-être ultime, les pupilles dilatées, la respiration saccadée. Tu te sentais tellement bien, mieux que les cuisses de cette fille la nuit passée, ou que toutes celles qui se sont succédé ces dernières semaines. Elles commençaient à ne plus avoir de goût. Ce n'était plus suffisant pour toi. Il te manquait la chaleur d'une véritable étreinte, une chaleur comme tu as connu entre les bras de Ari.
La drogue te permettait de retrouver un peu de ces saveurs mais il manquait toujours le moment de l'orgasme et cette putain de sensation foudroyante qui te prenait tout le corps. C'était peut-être ça, le point faible de la coke. Tu soupires en te laissant glisser contre un mur, t'asseyant à même le sol sans ressentir le froid. Tu ne ressens plus grand chose de toute façon. Tes cauchemars s'éloignent peu à peu de toi et cela te fait le plus grand bien.

Une ombre se dessine au-dessus de toi alors que tu ramène tes genoux contre ton corps pour profiter de cet instant vaporeux. Tu sens l'ombre se pencher sur toi alors que tes yeux sont dans le vague, dans l'impossibilité de vraiment voir. Tu entends l'ombre te parler. Tu reconnais ton prénom dans les mots. Si c'est vraiment le tiens. Tu reconnais aussi le ton. Tu connais cette ombre, enfin, c'est ce qu'il te semble. « Laël ? » Tu relèves le regard sans trop savoir où le porter. Tu sens un tissus chaud être pressé autour de ton cou mais tu ne le vois pas vraiment. Tu sens aussi une main passer sur toi, à moins que ce ne soit un rêve. Ton beau-frère t'aide à te lever et tu appuis presque de tout ton poids sur lui pour ne pas perdre l'équilibre. Tu es incapable de tenir debout tout seul et encore moins de marcher dans une direction ou une autre.

copyright acidbrain

_________________
Du trio, on est passé en duo à cause de moi. Puis toi et moi c'est devenu un nous, juste quelques temps. Puis le duo est devenu un solo à cause de toi. Puis nous sommes redevenu toi et moi. Sid & Cha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loveislove.forumactif.com/t637-flirting-with-death-is-not-just-on-the-battlefield-charlie http://loveislove.forumactif.com/t727-cheane http://loveislove.forumactif.com/t729-cheane http://loveislove.forumactif.com/t730-cheane
avatar

Laël Lynn
littlecat

↳ ÂGE : 26 ans
↳ CÔTÉ COEUR : fiancé
↳ ORIENTATION : homosexuel
↳ OCCUPATION : Animateur jeunesse
↳ QUARTIER : Titanic Quarter
↳ RP EN COURS : Livio
Charlie
Andrea
Mifa
Ruben
↳ INSCRIT LE : 27/12/2016
↳ CLICS : 52 ↳ POINTS : 600
↳ PSEUDO : Tetsu
↳ AVATAR : Louis Tomlinson

MessageSujet: Re: Charlie || 'Cause i'm a fucking mess sometimes   Jeu 5 Jan - 21:33

Il y a quelque chose qui te serre le cœur quand tu le vois. Seul dans la nuit, adossé à un mur comme un clochard ; totalement perdu, ailleurs, flottant dans un monde auquel tu n'avais pas accès. Tu avais assisté à ce genre de scènes plus d'une fois ; la différence se situant dans le fait que ce n'était pas l'un de tes connards d'ex étalé là, mais ton beau-frère, si gentil, si lumineux autrefois, il n'y a encore pas si longtemps que ça d'ailleurs, quand tu l'imaginais ça avait l'air si proche. Tu te sentais désemparé, tout autant que les autres membres de sa famille, lorsque tu le voyais prostré ainsi. Incapable de faire quoi que ce soit, de le sauver de ses démons comme tu aimerais le faire ; parce que tu ne comprenais pas, parce que tu ne pouvais pas comprendre, toi qui n'avait jamais fait la guerre, qui ne t'étais jamais engagé, tu n'as pas vu l'horreur qui se passe et doit tourner en boucle dans son cerveau de jeune adulte à jamais détruit par la violence de l'homme.

Ton bras entoure son corps et tu l'aides à se redresser. « Ouais, c'est moi » Marmonnes-tu du bout des lèvres lorsque ton prénom tinta dans la pénombre, fronçant les sourcils. Tu encaisses tout son poids sans broncher – tu évalues rapidement la distance entre le Queen's Quarter et vos appartements respectifs et grimaces. Tu ne pourras jamais le soutenir jusqu'à chez vous, alors à la place tu le mènes jusqu'à un banc où tu l'y déposes le plus doucement possible. Ta main passe au-dessus de ses pupilles avant de soupirer, plus lourdement cette fois. Tu ne savais pas combien de temps il lui faudrait pour redescendre un peu, assez pour rentrer ; mais tu craignais que ça prenne un moment. Tu sors ton portable pour prévenir Livio que tu rentrerais tard – très tard – sans donner de détails ; tu savais que ça allait l'angoisser et l'inquiéter, mais tu ne voulais rien dire sans l'accord de Charlie, simple question de confiance.

Tu te laisses tomber à ses côtés, tes mains se glissant tendrement entre ses mèches pour caresser son crâne. Tu le ramènes vers toi pour le serrer doucement – ça pouvait paraître bizarre, mais pour toi c'est comme si tu consolais tes jeunes qui en avaient gros sur le cœur. Tu t'étais bien évidemment rendu compte qu'il en avait prit plus que d'habitude ; il n'était pas aussi perché, lorsque ça arrivait. « J'suis désolé de pas t'être plus utile que ça, Cha'. » Tu sais pas trop pourquoi tu dis ça. Non pas pour lui montrer ta culpabilité ; pour te mettre à déprimer alors que tu ne devais pas, ou quelque chose du genre. Ca sort tout seul alors que tu le regardes, et lui souris un peu tristement. « Cela dit tu vas sûrement pas assumer quand tu redescendras. Les doubles doses, les premières fois, ça tue. »

_________________

I like itOh, from the minute you walked in my life, i never felt so alive 'cause everything i did was wrong, now everything i do feels right. I love it when you make me laugh ; i love it when you make me cry 'cause everything i did was wrong, now everything i do feels right.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


↳ ÂGE : 22 ans
↳ CÔTÉ COEUR : Libre comme l'air
↳ ORIENTATION : Don't ask, don't tell...
↳ OCCUPATION : Ancien militaire de la Irish Army, plutôt drogué ces temps-ci, traine aussi dans les embrouilles
↳ QUARTIER : #82 - Cathedral quarter
↳ RP EN COURS : Benjamin - Ceallagh - Dwayne - Annabeth - Keane's Family - Laël - Ezekiel (rp loterie) - Emmet - Joshua #2 - Caitriona - Arilie #2
↳ INSCRIT LE : 26/11/2016
↳ CLICS : 914 ↳ POINTS : 2280
↳ PSEUDO : Cass
↳ AVATAR : Jeremy Allen White (skrivaj)

MessageSujet: Re: Charlie || 'Cause i'm a fucking mess sometimes   Ven 6 Jan - 12:27

 
Laël & Charlie

Tu sais pas vraiment dans quelle directions vous marchez mais tu sais que tu tiens à peine debout, t'es trop dans ton monde pour pouvoir être dans la réalité. T'as pas non plus perdu totalement pied, mais t'as pas mal déconné sur ce coup, en général, personne te vois dans cet état, parce que ça se passe toujours chez toi, dans ta chambre, jamais avec une autre personne. Encore moins les membres de ta famille. Tu sens le bois dur sous toi et tu comprends que tu es assis sur un banc, c'est effectivement peut-être mieux qu'à même le sol de la rue mais seul, tu n'aurais pas été capable de te déplacer.
Des doigts glissent sur ton visage et dans tes cheveux. Des doigts doux et frais. Puis un bras t'attire contre lui. Tu sens tes yeux s'embuer et tu ne peux le voir mais tu sais que c'est Laël, qu'il est toujours là. Tu sens plus son corps vibrer contre le tiens que sa voix et ce qu'il dit. Tu ne comprends pas vraiment les mots et les phrases mais sa main dans tes cheveux est toujours là et c'est ce qui te retiens à la réalité. Peut-être que grâce à ça le retour sur la terre ferme sera moins difficile, mais tu en doutes.

Tes pensées s'égarent et se mélange, longues, ralenties. Tu as plus des flash que de réelles pensées. Rien n'a de sens. Tu vois les yeux bruns qui te remettent en question, puis tes camarades d'unité. Un moment il y a aussi ton frère. Ce ne sont que des personnes. Des personnes plus ou moins proche. Tu te demandes qu'elle image tu leur renvoies. Sûrement une image pathétique. De toute façon tu l'es, pathétique. Tu le sais, rien que le fait de ne pas réussir à vivre avec ces horreurs alors que d'autre le font, le fait que tu sois obligé de prendre de la drogue pour t’en sortir. Tu ne sais pas comment ils font pour vouloir encore de ta compagnie. Et le fait qu'ils t'apprécient ne doit pas être une bonne raison.
Tes yeux sont toujours embués mais tu commences à trembler, à ressentir le froid alors que jusque maintenant tu avais chaud. « F-froid... » Tu sens aussi l'intérieur de ton corps se contracter seul et ton cœur commencer à battre plus fort alors qu'il s'était ralentit avec la drogue. Tu commençais à évacuer la cocaïne de ton corps, tu commençais à redescendre pour revenir à toi. « Rent-rentrer... m-maiso-on. » Et le surplus de dose que tu avais pris allait enfin réclamer son payement. Et au vu de ton estomac qui se retourne, cela allait pas être beau à voir, ni être beau à vivre.

Pathétique, tu l'avais dit...

copyright acidbrain

_________________
Du trio, on est passé en duo à cause de moi. Puis toi et moi c'est devenu un nous, juste quelques temps. Puis le duo est devenu un solo à cause de toi. Puis nous sommes redevenu toi et moi. Sid & Cha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loveislove.forumactif.com/t637-flirting-with-death-is-not-just-on-the-battlefield-charlie http://loveislove.forumactif.com/t727-cheane http://loveislove.forumactif.com/t729-cheane http://loveislove.forumactif.com/t730-cheane
avatar

Laël Lynn
littlecat

↳ ÂGE : 26 ans
↳ CÔTÉ COEUR : fiancé
↳ ORIENTATION : homosexuel
↳ OCCUPATION : Animateur jeunesse
↳ QUARTIER : Titanic Quarter
↳ RP EN COURS : Livio
Charlie
Andrea
Mifa
Ruben
↳ INSCRIT LE : 27/12/2016
↳ CLICS : 52 ↳ POINTS : 600
↳ PSEUDO : Tetsu
↳ AVATAR : Louis Tomlinson

MessageSujet: Re: Charlie || 'Cause i'm a fucking mess sometimes   Ven 6 Jan - 21:35

Tes caresses volatiles continuent un long moment dans sa chevelure. Tu le gardes serré contre toi, incapable de rajouter quoi que ce soit, la gorge serrée ; de toute façon, il ne t'entendait pas, bien trop dans son monde, sa bulle, pour capter les autres qui l'entouraient. Tu te souviens que l'ignorance de tes exs passaient aussi parfois à travers ce monde-là, lorsqu'ils étaient drogués ; cet univers artificiel provoqué par la drogue que tu ne pouvais atteindre, te refusant toujours à y toucher de peur de leur ressembler. Tu te sentais étrangement concerné par le cas de Charlie ; pas seulement parce qu'il était ton beau-frère, mais aussi parce que tu te sentais sincèrement attaché à lui, qu'il ressemblait à tous ces jeunes paumés que tu pouvais rencontrer et qu'il n'avait jamais rien demandé à personne pour en arriver là. Il avait affronté des horreurs au front que tu ne pourrais jamais ne serait-ce qu'entrevoir ; il les affrontait toujours, en réalité, sinon il n'en serait pas là.

Tu sens soudainement son corps être secoué de tremblements, et il ne faut pas être un génie pour comprendre qu'il commençait à redescendre. Et à partir de là, ça ira vite ; très vite. Alors t'agis. Tu te redresses aussitôt, dès qu'il te demande de rentrer chez lui. Il s'exprimait avec difficultés, et en réalité tout son être respirait cette difficulté ; du mal à se concentrer, à respirer, à arrêter de trembler... Tu le vois secouer d'un premier haut-le-cœur et tu remercies tes réflexes d'animateur ; avec les enfants, il fallait toujours prévoir à tout, si bien que tu portais toujours cette sacoche multifonctions – pire que le sac d'une femme – dans laquelle se trouvait bien évidemment des mouchoirs. Tes bras enserrent sa taille et te revoilà à le soutenir jusqu'à un buisson pour qu'il fasse ses affaires ; toujours mieux que sur un banc public, au moins.

L'avantage était qu'il allait évacuer la drogue plus rapidement ainsi, même si ça restait franchement désagréable de dégobiller ses tripes et ses boyaux dehors, dans un froid pareil. Tes mains frottent rapidement son dos à chaque nouvelle salve, dans une légère grimace inquiète. Ton écharpe allait probablement en prendre un coup aussi, et tu te maudis de ne pas avoir anticipé lorsque tu l'as glissée autour de son cou – tant pis. Tu attends un moment pour être sûr qu'il n'a plus rien à vomir avant d'ouvrir ta sacoche et lui tendre des mouchoirs. « Ca va mieux ? » Mieux n'était probablement pas le terme approprié, mais disons-le clairement, tu t'en tamponnais le coquillard là tout de suite. « Tu te sens de marcher tout seul ? » Il avait demandé à rentrer, et c'était toujours le but de départ maintenant qu'il s'était vidé.

_________________

I like itOh, from the minute you walked in my life, i never felt so alive 'cause everything i did was wrong, now everything i do feels right. I love it when you make me laugh ; i love it when you make me cry 'cause everything i did was wrong, now everything i do feels right.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


↳ ÂGE : 22 ans
↳ CÔTÉ COEUR : Libre comme l'air
↳ ORIENTATION : Don't ask, don't tell...
↳ OCCUPATION : Ancien militaire de la Irish Army, plutôt drogué ces temps-ci, traine aussi dans les embrouilles
↳ QUARTIER : #82 - Cathedral quarter
↳ RP EN COURS : Benjamin - Ceallagh - Dwayne - Annabeth - Keane's Family - Laël - Ezekiel (rp loterie) - Emmet - Joshua #2 - Caitriona - Arilie #2
↳ INSCRIT LE : 26/11/2016
↳ CLICS : 914 ↳ POINTS : 2280
↳ PSEUDO : Cass
↳ AVATAR : Jeremy Allen White (skrivaj)

MessageSujet: Re: Charlie || 'Cause i'm a fucking mess sometimes   Sam 7 Jan - 12:39

 
Laël & Charlie

Tu ne sais pas vraiment ce qui pourrais être le pire. Vider ton estomac dans un buisson en pleine rue, ou bien être complètement camé dans les bras du fiancé de ton frère. Sur le moment tu t'en fou royalement des deux. Tu en as à peine conscience. Juste que tu sais que la réalité revient peu à peu et que tu as mal partout. Tu as plusieurs remontées et tu finis par ne plus rien vomir, ton estomac étant entièrement vide. Il était déjà très peu rempli à l'origine. Ta gorge te brûle de toute cette remontée acide que tu viens d'évacuer, tu commences à ressentir les températures extérieures telles qu'elles e sont vraiment. Le froid et le gel de décembre brûle ta bouche et ton œsophage lorsque tu respire, le tout déjà bien abîmé.
Pour combiner le tout, tu ne portes qu'une petite veste et une écharpe qui n'est même pas la tienne mais tu la reconnais pour savoir que c'est à ton beau-frère, et tu te demande d'ailleurs comment elle vient de survivre à ce désastre. Tu entoures comme tu peux tes bras autour de toi pour te réchauffer, tu sais clairement que tu vas tomber malade et aucun doute sur le fait que Livio va te bourrer de médoc's et de recommandation. Alors que ce serait plutôt le rôle de cet autre crétin d'aîné qui ne bougerait même pas le petit doigt pour toi, l'erreur de la famille.

Tu arrives finalement à te redresser en titubant un peu, cherchant ton équilibre alors que la gravité faisait à nouveau effet sur toi. « Merci... » Tu prends les mouchoirs et essuies ta bouche avant de cracher plusieurs fois histoire d'essayer de chasser ce goût dégueulasse de ta bouche. « Ouais, je... » Tu t'appuies un peu trop sur Laël et tu essaies de garder ton équilibre seul mais ça ne va pas être facile. Sans lui, tu n'iras pas bien loin. Et dire que tu dois sûrement gâcher sa soirée avec ton frère... « J'suis désolé... » Tu n'as pas la force encore de beaucoup parler, ta respiration étant toujours affolée et ton cœur toujours à battre rapidement. Tu devais t'allonger avant de tomber dans les vapes parce que c'est tout ce que tu allais faire maintenant pour t'aider à redescendre. Comme un automatisme, tu perdais connaissance lorsque tu prenais un peu trop de dose, tu redescendait alors sans en avoir totalement conscience, n'ayant alors que les envies de vomir et les courbatures qui t'empêchent de quitter ton lit, passant le cap de la douleur sans trop le réaliser et le ressentir. « J'dois rentrer et m'allonger. » Tu sais que ce n'est pas bon, qu'un jour, tu pourrais ne pas te réveiller, mais ça n'arrivait pas toujours, c'était même rare, et si ça devait se finir comme ça, peut-être que ça pourrait ne pas être plus mal. Tu pourrais ne plus endurer ce que tu endures tout les jours. Plus de cauchemars, plus d'insomnies, plus de crises.

« Dis pas à Liv'... » C'est un peu trop espéré venant de Laël. Parce que tu sais qu'ils se disent tout. Comme tout bon couple amoureux qui partage tout. Et tu sais que tu as assez foutu la trouille à ton beau-frère ce soir pour qu'il en parle à Livio. Et tu sais comment ça va finir. « Y va m'tuer... » Entre autre chose. Mais il va surtout camper ton appartement, le vider de fond en comble pour dégager toutes tes merdes et tes bouteilles aussi. Même tes clopes pourraient y passer. Tu le sais, il l'a déjà fait une fois, au tout début. Et il va surtout flipper. Et si il flippe trop, tu as peur de quoi il serait capable. Parce que quelque chose te dis qu'au fond de lui, ton frère serait totalement capable de te faire enfermer ou te faire surveiller H24. Ou alors de t'envoyer en cure. En gros, il viendrait foutre son nez dans ta vie alors qu'il a assez à faire de la sienne. Et tu veux et ne seras jamais un poids pour lui. Ni pour personne. Jamais.

copyright acidbrain

_________________
Du trio, on est passé en duo à cause de moi. Puis toi et moi c'est devenu un nous, juste quelques temps. Puis le duo est devenu un solo à cause de toi. Puis nous sommes redevenu toi et moi. Sid & Cha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loveislove.forumactif.com/t637-flirting-with-death-is-not-just-on-the-battlefield-charlie http://loveislove.forumactif.com/t727-cheane http://loveislove.forumactif.com/t729-cheane http://loveislove.forumactif.com/t730-cheane
avatar

Laël Lynn
littlecat

↳ ÂGE : 26 ans
↳ CÔTÉ COEUR : fiancé
↳ ORIENTATION : homosexuel
↳ OCCUPATION : Animateur jeunesse
↳ QUARTIER : Titanic Quarter
↳ RP EN COURS : Livio
Charlie
Andrea
Mifa
Ruben
↳ INSCRIT LE : 27/12/2016
↳ CLICS : 52 ↳ POINTS : 600
↳ PSEUDO : Tetsu
↳ AVATAR : Louis Tomlinson

MessageSujet: Re: Charlie || 'Cause i'm a fucking mess sometimes   Sam 7 Jan - 19:36

Tu mentirais si tu ne te sentais pas soulagé en le voyant redescendre sur Terre. Certes, dans des conditions très peu recommandables, et tu comprenais tout à fait qu'il pouvait se sentir gêné pour avoir dérapé en ta présence ; c'est pour ça que tu laisses une certaine distance entre vous, même si tu continues de le soutenir, sachant pertinemment que sans s'appuyer sur toi, il chuterait dans son buisson bousillé. Tu le laisses s'essuyer la bouche, se remettre doucement des nausées en frottant toujours son dos pour essayer de chasser ses frissons – il allait attraper la mort putain. Il s'appuie sur toi et essaie de trouver un équilibre mais tu le rattrapes aussitôt – bon, si il pouvait marcher en se servant de toi comme béquille, ça irait. « Reste comme ça, par sécurité » Souffles-tu finalement en posant une main sur sa taille. Hors contexte, ça pouvait paraître vachement bizarre, mais bon... Tu pouvais pas le porter sur ton dos comme tu l'aurais fais pour les enfants, hein. « T'excuse pas » Tu lui souris doucement. Tu préférais encore largement t'occuper de lui de cette façon que de l'imaginer seul, noyé dans son vomi en pleine ruelle – l'image te fait grimacer, et tu chasses la mauvaise vision dans un sourire tendre.

Cela dit, tu n'étais pas sûr que s'allonger était une bonne idée. Il pouvait plonger dans un coma et pire encore ; même si il avait passé le plus dur, une overdose restait envisageable. Tu ne lui fais pas part de tes inquiétudes tout de suite, cependant. Avec un peu de chance, d'ici à ce que vous arriviez chez lui, le plus gros de la drogue se sera dilué et il sera hors de danger – peut-être... Sa demande t'arrache un regard triste alors que tu l'appuies contre toi pour avancer et vous éloigner d'ici, bien décidé à le ramener au chaud dans son appartement. « Tu sais très bien que ça sera pas possible, Cha'. » A la limite, dans d'autres circonstances, tu aurais pu omettre cette soirée ; mais là, tu savais déjà que ton fiancé était en train de se faire un sang d'encre à se demander où est-ce que tu étais passé et si tu allais bien. Et jamais tu ne lui mentirais, encore moins sur un point aussi grave que son frère. « Eh bien ça sera toujours mieux de mourir des mains de ton frère que d'overdose, n'est-ce pas ? » Tu n'as pas pris un ton accusateur mais bel et bien triste. Tu lui jettes un regard en coin pour voir sa réaction et tu soupires. « Je ferais en sorte de le calmer, t'inquiète pas. » Tu savais que ton fiancé allait paniquer ; et tu savais aussi que dans la panique, il allait probablement prendre de mauvaises décisions, comme fouiller son appart' et le faire enfermer.

C'était tentant, tu t'en rendais bien compte ; mais tu savais aussi que ça ne servirait à rien.

Après un moment de silence, continuant simplement de marcher en le collant à toi, essayant de lui passer un peu de ta chaleur tout en le maintenant debout, tu souffles doucement. « Je ne crois pas te l'avoir déjà dis... Avant ton frère, j'suis sorti avec pas mal de mecs peu fréquentables. » Tu ne croises pas son regard, comme à chaque fois que tu en parlais ; même devant Livio, tu n'assumais que peu cette partie de ton histoire. « Dont un ou deux drogués, tu te doutes bien que j'en parlerais pas autrement. Bref. » Pour le coup, t'étais pas sûr qu'il t'écoutait. T'aurais peut-être dû lui en parler le lendemain. Quand il serait un peu plus frais. Tu lui jettes un regard incertain, mais ça serait dommage de s'arrêter à la moitié du récit, alors tu reprends en te raclant la gorge. « J'devais parfois aller acheter leurs doses, lorsqu'ils étaient incapables de bouger, et c'était pas que des sachets. Tu as déjà vu les bras d'un drogué ? C'est atroce. Troués et infectés, la plupart du temps. Les veines gonflées d'avoir trop été piquées. Un jour, un dealer m'a raconté que les plus marqués, lorsqu'ils ne trouvaient plus de veines à disposition, se piquaient dans l’œil. » Tu as un petit rire amer. « Rien que de l'imaginer fait mal, n'est-ce pas ? » Tu restes un instant silencieux, pensif, avant de souffler. « Je l'ai quitté avant que ça n'arrive, de toute façon. Tout ça pour dire que les augmentations de doses, je connais. Que les overdoses, je connais aussi. Les convulsions de manque, au point de s'en pisser et chier dessus parce qu'on contrôle plus son corps. Et que si tu veux crever salement, c'est le meilleur moyen pour le faire. » Cette fois, tu affrontes pleinement son regard. « ... Mais c'est peut-être ce que tu veux, n'est-ce pas ? » Tu détournes la tête, redressant le regard vers le bâtiment devant lequel vous vous êtes stoppés. Même en racontant ta petite vie anciennement merdique, tu étais resté concentré sur le chemin à prendre – multitâches, le petit Laël. « Tes clés ? »

_________________

I like itOh, from the minute you walked in my life, i never felt so alive 'cause everything i did was wrong, now everything i do feels right. I love it when you make me laugh ; i love it when you make me cry 'cause everything i did was wrong, now everything i do feels right.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


↳ ÂGE : 22 ans
↳ CÔTÉ COEUR : Libre comme l'air
↳ ORIENTATION : Don't ask, don't tell...
↳ OCCUPATION : Ancien militaire de la Irish Army, plutôt drogué ces temps-ci, traine aussi dans les embrouilles
↳ QUARTIER : #82 - Cathedral quarter
↳ RP EN COURS : Benjamin - Ceallagh - Dwayne - Annabeth - Keane's Family - Laël - Ezekiel (rp loterie) - Emmet - Joshua #2 - Caitriona - Arilie #2
↳ INSCRIT LE : 26/11/2016
↳ CLICS : 914 ↳ POINTS : 2280
↳ PSEUDO : Cass
↳ AVATAR : Jeremy Allen White (skrivaj)

MessageSujet: Re: Charlie || 'Cause i'm a fucking mess sometimes   Dim 8 Jan - 17:55

 
Laël & Charlie

Tu ne sais pas trop quelle direction que vous prenez, du moment que cela t'emmène loin de cet endroit et potentiellement dans un appartement. Au vu de mots de Laël, tu doutes un instant qu'il ne t'emmène chez lui justement et que tu doives faire face à ton frère. Tu ne pouvais pas faire face à Livio. Pas là. Mais un quelque chose te dis qu'il ne t’emmènerait pas à ton frère. Et sa question stupide... Comme si il allait réussir à calmer la colère de son frère, il allait juste être un dommage collatéral par ta faute. « Mouais... » Tu es sceptique. C'est pour ça qu tu refuses l'aide des autres. Pour pas leurs causer d'ennuis, pour ne pas faire face à leur pitié ou tout simplement pour ne pas être la bonne action de leur vie. Et tu sais que ton beau-frère va en avoir des ennuis, parce que ton frère va être invivable. Et encore pire lorsque tu prendras bien soin de garder ta porte fermée à clef, sourd à ses demandes de te parler. Parce que tu ne veux pas l'affronter sur ce sujet, pas encore.

Le chemin se fait un peu en silence, tu essaies de te repérer mais cela ne fait qu'accentuer ton début de mal de tête. Déjà que la douleur générale de ton corps commence à revenir alors que cela s'était calmé avec tes vomissements. Laël se met soudain à te parler et tu essaies cette fois-ci de te concentrer sur lui. De toute façon tu n'es pas apte à avoir une bonne vision maintenant. « Tu veux... » Tu tousses un peu, ta gorge s'enflammant encore plus. Tu souffles doucement pour chercher tes mots, le minimum à dire pour que tu puisses à faire une phrase normale. « Tu veux me faire la leçon ? » Tu es sarcastique, du mois tu l'essaies au vu de ton état actuel. Et sais que tu ne devrais pas, parce que ton beau-frère t'aide alors qu'il pourrait très bien te laisser tomber. Tu l'écoute à peine, seulement certains mots arrivent jusque ton cerveau embrouillé. Tu sais très bien ce que les drogues peuvent faire faire certain. Tu as aussi vu la prévention contre ces merdes. Mais ces merdes en attendant, elles t'aident à supporter ta vie alors tu vas pas cracher dessus.
Puis au fond de toi, tu es incapable d'aller plus loin que ça. On t'a déjà proposé de l'héroïne. Tu l'as déjà eût la seringue ne main, le garrot à ton bras. Tu était déjà un peu à l'ouest par d'autres drogues. On te proposait simplement de pousser tes vis plus loin. Tu n'as jamais pu te piquer. Tu peux pas te faire ça, y a un blocage, quelque chose t'en empêche et ça ne disparaîtra pas du jour au lendemain. Alors l'exemple de ses exs, il peut se les garder. « J'suis pas eux... Jamais. » Tu lui donnes tes clefs avant de le laisser ouvrir, t'appuyant de tout ton poids contre le mur. Une fois la porte ouverte, tu entres dans ton appartement en t'aidant des murs et des meubles. Tu arrive jusqu'au comptoir qui sépare la cuisine du salon, tu vois ta canette de bière posée dessus, toujours à moitié pleine comme tu l'as laissé avant de partir.

Tu ne sais pas ce que fais Laël mais toi tu enlèves chaussures, veste et écharpe que tu laisses à l'endroit même avant de te diriger vers ta chambre avec difficulté, un bras autour de ton torse alors que la douleur est toujours présente. Tu trébuches à moitié en ouvrant la porte et tu t'écroules au sol alors que tes jambes te lâchent. Ton corps réclame son dû et tu te sens partir doucement. A moitié sur le dos, les yeux rivé sur un point invisible du plafond. Ta vue se brouille petit à petit et tu sais que tu peux perdre conscience d'une minute à une autre tellement la douleur se fait plus forte. Le fait de vomir n'ayant été qu'un moment de répit pour te permettre de retourner au chaud chez toi. Et encore, sans Laël tu n'aurais pas réussit cet exploit. Tu sens tes yeux s'embuer de larmes, quel chose pathétique tu peux faire. Un spectacle pitoyable. Tu te rends compte que tu tombes bien bas pour avoir une chance d'aller bien. Les larmes coulent en silence sur tes joues mais tu n'as plus la force de bouger tes mains pour les essuyer, tu ne sens presque plus tes membres épuisés.

copyright acidbrain

_________________
Du trio, on est passé en duo à cause de moi. Puis toi et moi c'est devenu un nous, juste quelques temps. Puis le duo est devenu un solo à cause de toi. Puis nous sommes redevenu toi et moi. Sid & Cha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loveislove.forumactif.com/t637-flirting-with-death-is-not-just-on-the-battlefield-charlie http://loveislove.forumactif.com/t727-cheane http://loveislove.forumactif.com/t729-cheane http://loveislove.forumactif.com/t730-cheane
avatar

Laël Lynn
littlecat

↳ ÂGE : 26 ans
↳ CÔTÉ COEUR : fiancé
↳ ORIENTATION : homosexuel
↳ OCCUPATION : Animateur jeunesse
↳ QUARTIER : Titanic Quarter
↳ RP EN COURS : Livio
Charlie
Andrea
Mifa
Ruben
↳ INSCRIT LE : 27/12/2016
↳ CLICS : 52 ↳ POINTS : 600
↳ PSEUDO : Tetsu
↳ AVATAR : Louis Tomlinson

MessageSujet: Re: Charlie || 'Cause i'm a fucking mess sometimes   Mer 18 Jan - 20:28

Il arrivait à être sarcastique, ce qui, dans son état, relevait plutôt de l'exploit. Tu hausses un sourcil surpris, souriant malgré toi légèrement devant la situation. Il avait beau être totalement mort, il gardait son caractère têtu et fier ; c'était plutôt bon signe, dans un sens. Tu hausses vaguement les épaules, le soutenant toujours avec fermeté contre toi. « Non. J'essaie de te prouver que tu vaux mieux que tous ces autres. » Réponds-tu simplement, du bout des lèvres. Tu ne le prenais même pas mal ; c'était rare qu'on arrive à te blesser ou à t'énerver, on t'en avait balancé des pires et nous ne pouvions pas dire que Charlie était le gars le plus cruel de l'univers. Tu préfères donc le prendre d'un ton léger, comme d'habitude ; en plaisanter un peu pour laisser couler. Tu ne forces pas plus que ça. Tu sais que les poudreux prennent mal qu'on les compare aux piqûres ; tout comme les fumeurs de shit n'aimaient pas être comparés aux poudreux. Tu ne réponds donc pas lorsqu'il déclare ne pas être comme eux, mais il sait que tu n'en penses pas moins ; simplement, toi comme lui n'étiez pas en état pour une engueulade. Il avait de toute façon besoin de toi pour ce soir et tu ne comptais pas l'abandonner à son sort, aussi stupide qu'il puisse parfois être.

Tu attrapes les clés qu'il te tend pour ouvrir la porte du bâtiment, puis de son appartement. Il se détache de ton étreinte et tu passes un regard sombre d'inquiétude sur sa silhouette qui se défait tant bien que mal de ses affaires en tanguant, alors que tu fais claquer la porte derrière toi. Un soupir fatigué passe la barrière de tes lèvres alors que tu ramasses son écharpe et sa veste pour les ranger – tu étais un peu maniaque parfois, il fallait l'avouer, merci Livio – et tu étais en train de taper un long texto explicatif pour ton fiancé, déclarant que tu ne rentrerais sûrement pas cette nuit pour veiller sur son frère ; et non, Livio, il est hors de question que tu débarques maintenant, ce n'est pas le moment, t'inquiète pas, je gère, je t'aime, lorsqu'un bruit sourd se fit entendre. Tu redresses brusquement la tête, te dirigeant vers sa chambre pour le découvrir écroulé à même le sol, quelques gouttes transparentes roulant sur ses joues. Ton cœur se serre violemment et tu le contournes rapidement pour ouvrir la couette avant de revenir vers son corps. « Un tout dernier effort, Cha'. » Souffles-tu tendrement alors que tes bras entourent son corps pour le soulever de toutes tes forces – le lâchant comme un sac à patates sur le matelas.« Désolé » Il avait beau avoir perdu pas mal de kilos, t'étais tout de même pas Hulk. Tu tires la couette sur son corps que tu recouvres tendrement, te laissant tomber à ses côtés dans un soupir.

Mais c'était très loin d'être terminé tu le savais. Tu tires sur l'une de tes manches pour te tourner vers lui, les passant tendrement sur ses joues pour essuyer ses larmes. Tu ne sais pas s'il t'entend encore, et tu sais que tu passeras toute la nuit à vérifier si il dort réellement ou si il n'a pas cessé de respirer à un moment donné ; quoi qu'il en soit, tu chuchotes un « repose-toi, ça va aller, j'suis là... » Tu attends que les sanglots silencieux s'effacent et que son corps se détende pour que tu te décales légèrement de lui par peur de lui voler tout son espace vital, attrapant ton portable pour t'éviter de sombrer. Toute la nuit durant, tu vérifies plusieurs fois le soulèvement de sa poitrine, son pouls contre sa gorge, l'angoisse de le voir s'éteindre à tes côtés t'empêchant de fermer l’œil.

_________________

I like itOh, from the minute you walked in my life, i never felt so alive 'cause everything i did was wrong, now everything i do feels right. I love it when you make me laugh ; i love it when you make me cry 'cause everything i did was wrong, now everything i do feels right.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


↳ ÂGE : 22 ans
↳ CÔTÉ COEUR : Libre comme l'air
↳ ORIENTATION : Don't ask, don't tell...
↳ OCCUPATION : Ancien militaire de la Irish Army, plutôt drogué ces temps-ci, traine aussi dans les embrouilles
↳ QUARTIER : #82 - Cathedral quarter
↳ RP EN COURS : Benjamin - Ceallagh - Dwayne - Annabeth - Keane's Family - Laël - Ezekiel (rp loterie) - Emmet - Joshua #2 - Caitriona - Arilie #2
↳ INSCRIT LE : 26/11/2016
↳ CLICS : 914 ↳ POINTS : 2280
↳ PSEUDO : Cass
↳ AVATAR : Jeremy Allen White (skrivaj)

MessageSujet: Re: Charlie || 'Cause i'm a fucking mess sometimes   Mar 24 Jan - 23:37

 
Laël & Charlie

Les larmes dévalent sur tes joues et tu ne fait rien pour les arrêter. Tu sais que tu n'as même plus la force de ressentir de la honte face à ce que représente en cet instant. Plus bas que terre, véritable junkie qui n'est même pas capable de se gérer tout seul. Peut-être que tu n'es pas si fort que tu pensais l'être, à vouloir gérer tes problèmes tout seul. Peut-être que tu n'es qu'un crétin qui ne fait que gâcher sa vie comme le dit Dwayne. Comme il te l'a fait comprendre quand il t'es tombé dessus à la soirée et que tu te droguais. C'était l'un des premiers à être au courant pour la drogue, après ton frère, Benjamin qui te file tes doses. Ha et aussi Blair, qui t'a foutu la tarte de ta vie. Tu sais même plus à quoi tu penses, comme si c'était le moment de penser à tout ça. Il devait pourtant y avoir bien plus urgent à penser, comme le fait que tu sois drogué et stone. Ou que tu es à la limite de sombrer dans l'inconscience.
Tu sens Laël te soulever et te laisser tomber sur le lit. Tu n'as aucune force pour l'aider, tu peux rien faire. Ses mains essuient tes larmes sans faire de commentaire. « La.. » Tu attrapes difficilement le bord de sa manche entre tes doigts et tu finis par le relâcher par faiblesse. Tu n'as même plus la force de prononcer un mot, tes yeux se ferment tout seul et tu te laisse faire lorsqu'il rabat la couverture sur toi, te permettant de te pelotonner dans une douce chaleur confortable. Tout s’emmêle dans ta tête, tes pensées, les bruits, les sensations. Doucement, la chaleur et la douceur prend place autour de toi et continue à t'engourdir. Tu te sens en sécurité dans ses bras.

Cela peut paraître stupide, tu pourrais presque te sentir en sécurité dans n'importe quels bras puisque tu dors seul depuis longtemps. Mais partager ton lit avec quelqu'un signifie accorder ta confiance à cette personne et maintenant, ta confiance tu la donnes difficilement maintenant, surtout avec ce que tu as vécu. Depuis ton retour, tu peux les compter les nombres de fois où tu as dormis avec une personne. En fait, si tu réfléchis bien, il n'y a qu'une fois où tu es resté dormir avec la personne. Déjà que tu n'as pas partagé beaucoup d'étreintes ces derniers temps.
Alors la seule fois où tu es resté dormir depuis ton retour de l'armée, c'est étrangement la première fois que tu as couché avec un mec. Alors c'est étrange que tu te sois tellement sentit en confiance avec lui pour être resté dans ses draps pour le reste de la nuit. C'est fou comme tes pensées dérivent facilement vu l'état dans lequel tu es.

Tu finis par fermer les yeux et te laisser sombrer dans l'inconscience et les limbes. Tu ne voulais plus affronter la réalité ce soir et la descente sera moins difficile pour toi si tu ne la vis pas. Tu n'étais pas seul ce soir, quelqu'un veillait sur toi. Ta famille veillait sur toi.

La nuit ne fut pas si terrible que ça .Tu ne te souviens pas tellement de t'être réveillé et c'est pas plus mal, ça veut dire que ton corps à gérer la descente sans te demander ton avis et c'est très bien comme ça. Tu te tournes sur le dos et regarde le plafond. Les rayons du soleils passaient au travers des volets dessinant différentes formes sur les murs, principalement des polygones de toutes tailles.
Finalement, tu entends du bruit qui semble venir de la pièce à vivre. Ton beau-frère est encore là. Il est resté avec toi. Tu n'en reviens pas vraiment, tu t'en veux de l'avoir fait rester. Tu te lèves et te change rapidement, il t'a laissé dormir avec tes fringues et tu mets un truc bien plus confortable avant de le rejoindre. « Bonjour. » Tu n'oses le regarder alors que tu viens t'asseoir en grimaçant sur le tabouret du comptoir, croisant tes mains dessus et faisant tout pour t faire paraître plus petit possible. Oui, tu as sacrément honte de la veille. Et d'avoir retenu Laël chez toi. Livio doit tellement te haïr à cette heure-ci

copyright acidbrain

_________________
Du trio, on est passé en duo à cause de moi. Puis toi et moi c'est devenu un nous, juste quelques temps. Puis le duo est devenu un solo à cause de toi. Puis nous sommes redevenu toi et moi. Sid & Cha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loveislove.forumactif.com/t637-flirting-with-death-is-not-just-on-the-battlefield-charlie http://loveislove.forumactif.com/t727-cheane http://loveislove.forumactif.com/t729-cheane http://loveislove.forumactif.com/t730-cheane
avatar

Laël Lynn
littlecat

↳ ÂGE : 26 ans
↳ CÔTÉ COEUR : fiancé
↳ ORIENTATION : homosexuel
↳ OCCUPATION : Animateur jeunesse
↳ QUARTIER : Titanic Quarter
↳ RP EN COURS : Livio
Charlie
Andrea
Mifa
Ruben
↳ INSCRIT LE : 27/12/2016
↳ CLICS : 52 ↳ POINTS : 600
↳ PSEUDO : Tetsu
↳ AVATAR : Louis Tomlinson

MessageSujet: Re: Charlie || 'Cause i'm a fucking mess sometimes   Dim 29 Jan - 22:10

Tu as fermé l’œil peut-être une demie-heure dans la nuit, tout au plus. Pour te réveiller en sursaut et plaquer aussitôt deux doigts contre sa carotide pour voir si son cœur battait toujours – mais tout allait bien. Son corps gérait bien l'évacuation de la drogue de son sang, et tu as finis par comprendre qu'il ne lui arriverait rien – mais à ce moment-là il était déjà sept heures du matin, c'était mort pour tout aussi bien aller travailler que dormir. Tu es donc sorti du lit pour faire comme chez toi et te faire un bol de café que tu avales d'une traite tout en sachant pertinemment que tu en prendrais beaucoup d'autres aujourd'hui. Pour t'occuper d'ici à ce qu'il se réveille et chasser la fatigue de ton esprit, tu as commencé à préparer un véritable festin en guise de petit déjeuner, fouillant tous les placards de sa cuisine et vidant son frigo de toute matière capable de faire un bon petit déjeuner. Lorsque tu termines le tout, le soleil a fait son apparition et tu entends remuer dans la chambre.

Tes pupilles remontent vers le corps de Charlie qui t'a l'air totalement lessivé – mais tu ne pouvais faire aucune remarque, tu n'étais sûrement pas mieux. Tu allais te faire méchamment engueuler par Livio d'être resté toute la nuit éveillé, et si tu ne cachais pas ton épuisement ou si tu ne faisais pas une sieste d'ici ce soir, Charlie allait en prendre pour son grade aussi. Mais ce n'était pas encore l'heure de parler de ce genre de soucis ; il y en avait de bien plus grave à régler, en cet instant. Tu remarques la fuite de ses pupilles et son silence alors qu'il s'installe sur le tabouret, te contentant de te détourner pour faire glisser les plats sur le comptoir. « Bonjour. Café ou chocolat ? Je ne savais pas ce que tu prenais alors je n'ai fais aucun des deux. » Tu attrapes calmement un bol dans le placard, préparant son choix et en profitant aussi pour te faire un deuxième café. Tu t'appuies contre le plan de la cuisine, croisant les bras sur ta poitrine en le regardant. « Sers-toi, et remplis-moi ton estomac » Qui, rappelons-le, s'est vidé de toute substance consistante la veille au soir – il avait besoin de reprendre des forces, maintenant. Le micro-ondes se rappelle à toi et tu attrapes vos bols, faisant glisser le sien près de ses mains tout en portant ta propre dose de caféine à tes lèvres presque avec soulagement. Tu étouffes un bâillement derrière ta main et vous restez un moment ainsi, silencieux à déjeuner.

Tu finis par poser ton bol vide pour venir chercher ses pupilles ; et y'a pas besoin d'être un génie pour comprendre que tu veux briser la glace une bonne fois pour toute. « Tu comptes dire un truc ? Peut-être que tu attends que je t'incendie, ou que ton frère le fasse ? » Sauf que c'était plus compliqué que ça. Tu le savais très bien. Ça serait si simple, de l'engueuler, de lui dire d'arrêter cette merde, de se reprendre, de voir quelqu'un. Tu ne peux pas déclarer que tu le comprends, car ça serait faux. Mais tu peux dire que tu le soutiens – et que ça sera toujours le cas. « Tu as maigris et tu dors peu, n'est-ce pas ? » Ce n'était qu'une question purement rhétorique – il savait très bien que tu avais largement eu le temps de le constater la veille au soir. Tu te retournes vers lui, et passes une main lasse entre tes mèches. « Si tu as besoin de parler de ce que tu as vécu là-bas, j'suis là Cha'. Je serais toujours là pour t'écouter et te donner tout ce dont tu as besoin pour calmer les angoisses, les peurs. J'peux pas dire que je t'enlèverais les visions – mais même la came ne le peut pas. Pas tout le temps. Pas toujours. Bientôt, il te faudra du plus fort, parce que même à travers ton trip, tu revivras ce que t'as vécu là-bas. Et si tu ne veux pas que ce soit moi, ça peut être Livio, ou Blair, ou n'importe qui d'autre. Et tu peux te dire que t'as pas envie de nous mêler à ça, ou que parler ne sert à rien ... » Tu remontes la tête vers lui, brusquement sérieux, brusquement déterminé à mettre les pieds dans le plat de tout ce qui lui faisait mal. « On sait toi comme moi que la vraie raison c'est que t'oses pas affronter réellement tout ça. »

Tu allais te faire insulter et cracher dessus – mais t'espérais que ça en vaille la peine.

_________________

I like itOh, from the minute you walked in my life, i never felt so alive 'cause everything i did was wrong, now everything i do feels right. I love it when you make me laugh ; i love it when you make me cry 'cause everything i did was wrong, now everything i do feels right.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Charlie || 'Cause i'm a fucking mess sometimes   

Revenir en haut Aller en bas
 

Charlie || 'Cause i'm a fucking mess sometimes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La 1ère fois que la voix de Charlie Chaplin fut entendue au cinéma
» Charlie sur le bucher
» droit de reponse a O.Buisson dasn Charlie Hebdo
» Dusty Men - Saule featuring Charlie Winston
» JE NE SUIS PAS CHARLIE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#loveislove :: 
WELCOME TO BELFAST
 :: queen's quarter
-