AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
l'aventure #LOVEISLOVE s'arrête là, le forum ferme ses portes

Partagez | 
 

 (claire & margaret) i guess it's time to talk...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


↳ ÂGE : vingt-huit ans.
↳ CÔTÉ COEUR : tonight i'm getting over you...
↳ ORIENTATION : elle n'a jamais aimé que les femmes.
↳ OCCUPATION : traductrice, et photographe autodidacte.
↳ QUARTIER : #27 cathedral quarter.
↳ RP EN COURS : dispo (0/5)
margaret #1.
ayame #1.
↳ caitriona #1 (uc).
mia #1.
phoebe #1.
↳ INSCRIT LE : 26/12/2016
↳ CLICS : 158 ↳ POINTS : 430
↳ PSEUDO : VIOLEEN.
↳ AVATAR : lady dianna elise agron (Malbe).

MessageSujet: (claire & margaret) i guess it's time to talk...   Mar 27 Déc - 16:25

    Il ne servait à rien de prétendre que Claire était dans une forme olympique ces jours-ci, mais il fallait reconnaître qu’il y avait eu de l’amélioration depuis le quinze décembre, date à laquelle la blonde semblait s’être « réveillée ». Les fêtes de fin d’année approchant, et par la même occasion sa période préférée, elle avait fini par reprendre du poil de la bête et s’était raisonnée momentanément, mettant de côté son chagrin, aussi intense soit-il. Ses sœurs ne méritaient pas de la voir tirer une tronche de six pieds de long.
    Claire s’était morigénée et avait réussi à sortir de cette routine qui la voyait évoluer de son lit au canapé, toujours en pyjama, les cheveux dans un état lamentable, les yeux encore rougis par les larmes qu’elle n’arrivait plus à pleurer depuis quinze jours, et pourtant. A chaque fois qu’elle observait son reflet dans le miroir de sa salle de bains, elle se faisait la réflexion que visiblement, les crises lacrymales laissaient des traces prononcées.
    Elle avait même réussi à sortir, pour acheter des cadeaux à ses sœurs, elle avait affronté avec bravoure la foule qui accompagnait toujours la folie du mois de décembre, elle avait remonté le col de son manteau pour sortir dans le froid de Belfast de cette fin d’année morne et terne, et elle avait mené à bien les missions qu’elle s’était infligée, pour arriver à peu près présentable au repas de Noël traditionnel en famille. Elle l’avait pourtant redouté, ses parents étant toujours aussi bienséants et bien-pensants, pleins de manière dont elle se demandait encore pourquoi ils en étaient arrivés là, alors qu’ils semblaient être des gens doués de raison et d’intelligence. Tatiana portait son masque habituel de sourires et de petites attentions envers ceux qui l’entouraient, et Claire, en s’asseyant à côté de Margaret, se demandait machinalement si sa benjamine était réellement heureuse – elle avait bien peur de se dire que non, et elle redoutait tout autant la conversation qui s’ensuivrait probablement, avec les raisons et les coupables de ce malheur. Elle était probablement dedans, à tout bien réfléchir. Son coming-out à Tatia deux mois plus tôt avait été un passage difficile pour elles deux, même si au final les apparences les avaient sauvées l’une et l’autre ; elles étaient ressorties de la pièce sûrement aussi soulagées l’une que l’autre. Tatiana avait toujours été prise pour une enfant modèle, ses relations avec les garçons la plaçant très loin devant ses deux sœurs aînées, qui aux yeux de leurs parents, seraient considérées comme des parias…
    Claire poussa un soupir sans même s’en rendre compte, debout dans sa cuisine, occupée à se préparer une tasse de son thé favori, alors que son cerveau avait choisi de lui repasser le moment précis où Margaret s’était rendue compte que sa sœur n’allait pas aussi bien qu’elle le prétendait. Les quelques phrases qu’elle lui avait chuchotées à l’oreille, loin des conversations de ses parents avec Tatiana, lui avaient pourtant redonné du baume au cœur, et un peu plus rassérénée, elle avait remercié sa sœur du fond du cœur, pour entamer son morceau de dinde avec un peu plus d’appétit.
    Son aînée n’était pas au courant de sa rupture avec Anne-Lise, et elle avait le mystérieux pressentiment que Margaret ne serait pas tellement désolée de ne pas revoir son ex, mais serait davantage peinée pour elle. Elle n’avait jamais rien dit dans ce sens, mais elle sentait confusément que sa sœur n’avait jamais apprécié son ex, le contraire l’aurait étonnée en revanche.
    Elle jeta un œil à la pendule de sa cuisine, et s’immobilisa quelques secondes au-dessus de son plan de travail. Sa décision prise, elle laissa en plan ses préparations pour son thé, et envoya un rapide message à Margaret, la prévenant de son arrivée imminente. Il était temps qu’elle affronte la réaction de sa sœur – sa rupture datait d’il y a bientôt deux mois, il fallait qu’elle se comporte en adulte.
    Elle enfourcha son vélo, après avoir enfilé son manteau, une écharpe, ses gants, et avoir dévalé les marches quatre à quatre. Elle fila vers l’immeuble où résidaient sa sœur et sa cousine, entre autres, tâchant d’oublier le sifflement du vent qui rougissait ses oreilles, et regretta de ne pas avoir mis de bonnet.
    Elle cadenassa son vélo au pied du bâtiment, et profita de la chaleur du hall avant d’entreprendre de monter l’escalier.
    Ce n’est qu’une fois devant la porte de l’appartement de la colocation où habitait sa sœur qu’elle se rendit compte que son cœur battait à grands coups dans sa cage thoracique. Elle leva les yeux au ciel, et frappa trois coups fermes à la porte. Le visage de sa sœur qui lui souriait lui fit un bien immense, et elle entra, jetant ses atours d’hiver sur le premier fauteuil venu. Débarrassée de son manteau, de ses gants et de son écharpe, elle embrassa Margaret. « T’es toujours aussi jolie toi, j’ai l’impression de te le dire à chaque fois qu’on se voit, mais c’est vrai ! T’as été faire du shopping ? T’as coupé tes cheveux, non ? »
    Elle papotait sans vraiment prêter attention à ce qu’elle disait, son cerveau pédalant avec ardeur pour réussir à trouver la bonne formulation. Elle haussa les épaules, et lui fit face, un petit sourire sur les lèvres. « Je suis désolée, je suis un peu arrivée à l’improviste…J’avais besoin de te parler, on s’est pas tellement vues à Noël, finalement ! Tatiana et les parents nous ont monopolisées… »
    A nouveau, un sourire vint traîner sur ses lèvres, le cœur n’y étant pas vraiment. Elle avait beau dire et beau faire, Anne-Lise lui manquait cruellement.

_________________
    she just ran away
    I miss the one that you were. But the one that you've become, i hate her.©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loveislove.forumactif.com/t1140-claire-you-are-beautiful-no-matter-what-they-say http://loveislove.forumactif.com/t1149-claana http://loveislove.forumactif.com/t1150-claana http://loveislove.forumactif.com/t1151-claana
avatar

InvitéInvité


MessageSujet: Re: (claire & margaret) i guess it's time to talk...   Jeu 29 Déc - 23:54

Le temps passe, les jours se succèdent et tu fais petit à petit le deuil de ton mariage. Un très grand nombre de tes amis ne comprennent pas pourquoi tu es si affectée par cette séparation car il était clair que ni toi ni ton ex-mari n’étaient heureux ensemble. Alors que beaucoup pensaient que tu devrais être en train de faire la fête, tu as du mal à tourner la page. Tu t’étais longtemps imaginée qu’à trente-quatre ans tu serais déjà maman, tu aurais écris un livre ou deux mais à la place tu étais seule, divorcée et à la tête d’une agence immobilière. Tu n’étais pas malheureuse non plus, il ne fallait pas exagérer mais tu avais réellement du mal à passer au dessus de tout cela, à te laisser aller. Chaque jour qui passait t’aidait à avancer cependant. Tu te sentais un peu mieux chaque jour et tu savais que bientôt tu pourrais enlever cette alliance qui était le dernier symbole de cette union terminée. Que tout le monde trouve cela idiot tu t’en fichais parce que reconstruire une relation, se retrouver seule à trente-quatre ans te terrifiait. Heureusement que ta cousine Freya avait eu pitié de toi et t’avait proposé une colocation dans son appartement. Cela te permettait d’oublier que tu n’avais plus le confort de cette vie de couple que tu aimais au fond même si elle n’était qu’une illusion d’un bonheur inexistant. La période des fêtes était redoutable pour ce genre de pensées. Tout le monde ne parlait que des repas en famille, de l’être aimé, de réalisation des vœux et cette année tu n’avais nullement envie de te rendre chez tes parents pour fêter Noël. Retrouver tes sœurs te faisait énormément plaisir mais tu ne doutais pas que les reproches de tes parents se faisaient sentir. Tu essayais donc de choisir les meilleurs cadeaux en te creusant bien la tête pour compenser cette déception que tu avais causée chez tes parents depuis ton divorce. C’était certainement futile de penser qu’un cadeau pouvait leur faire oublier quoi que ce soit mais c’était déjà ça. Tu n’avais pas attendu le dernier moment pour faire tes achats, toujours très organisée tout était prêt la première semaine de décembre pour éviter les foules le plus possible.

Et puis le fameux jour arriva. Tu mis une de tes plus belles robes, tu attrapais les gâteaux que tu avais fait ainsi que les cadeaux avant de te rendre chez tes parents où tu retrouvais ces derniers ainsi que tes sœurs. C’est avec un gros câlin que tu retrouvais Claire mais tu ne manquais pas de noter que Tatiana semblait avoir pris les devants de la scène parentale. Tu ne pus t’empêcher de ressentir un pincement au cœur alors que d’habitude c’était toi la fille parfaite. Mais non, tu avais décidé de changer, enfin et pour une fois tu allais enfin pouvoir faire ce que tu voulais. Et si cela commençait par une magnifique brune dans ton lit, tu n’allais pas te priver pour briller aux yeux de tes parents qui resteront d’éternels insatisfaits. Tu ne manquais pas de noter au cours du repas que Claire semblait ailleurs, elle ne semblait pas si heureuse de fêter Noël cette année que d’habitude mais bien sûr et sans surprise, tu ne trouvas aucune occasion de lui poser des questions ce jour là. Tu te promis de le faire plus tard cependant. Mais le travail à l’agence s’est accumulé et tu as fini par ne pas le faire. Voilà pourquoi tu fus soulagée quand Claire t’envoya un message pour te dire qu’elle allait passer te rendre une petite visite.

Tu sortis exprès un peu plus tôt du travail pour avoir le temps de mettre au four quelques fournées de cookies, les préférés de ta sœur. Tu en profitais aussi pour prendre une petite douche avant d’enfiler une tenue simple mais élégante et de ranger un peu l’appartement. Vivre à six était une expérience particulière, réellement particulière mais tu commençais à t’y faire. La sonnette ne tarda pas à retentir et tu allais ouvrir à ta sœur avant de la débarrasser de ses manteaux. « T’es toujours aussi jolie toi, j’ai l’impression de te le dire à chaque fois qu’on se voit, mais c’est vrai ! T’as été faire du shopping ? T’as coupé tes cheveux, non ? » Tu secoues la tête, un peu gênée des compliments de ta sœur. Tu as coupé tes cheveux en effet quand le divorce a été finalement prononcé, une envie de renouveau. Souriant à ta sœur tu lui dis : « J’ai coupé mes cheveux quand le divorce a été prononcé quant au reste tu me connais, j’aime acheter de nouvelles choses. Et tu n’es pas mal non plus soeurette, j’en connais une qui doit être contente. » Tu avais les moyens aussi, voilà pourquoi tu le faisais. Rien n’était nécessaire, tu te créais simplement beaucoup de besoins. Tu n’aimais pas la copine de ta sœur ce n’était pas une surprise mais elle avait de la chance, ta sœur était très belle. « Je suis désolée, je suis un peu arrivée à l’improviste…J’avais besoin de te parler, on s’est pas tellement vues à Noël, finalement ! Tatiana et les parents nous ont monopolisées… » Tu entraînais ta sœur vers le salon la faisant s’asseoir avant d’aller chercher deux verres et une assiette de cookies. « Tu as bien fait de passer. Je nous ai fais des cookies. Tu veux boire quoi ? » Demandas-tu avant de dire : « Je t’écoute. » Tu espérais que ce n’était rien de grave même si le visage de ta sœur ne présageait rien de bon.
Revenir en haut Aller en bas
 

(claire & margaret) i guess it's time to talk...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Soupe aux tomates claire
» une chose ne semble pas claire
» Naufrage du LERIDA le 2/03/1869 pour Marie-Claire JACQUET
» Quite cute: ral quite cute, play time & candy yum yum
» Marie Claire Idées n°68 ou Tuto de store qui s'enroule

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#loveislove :: 
WELCOME TO BELFAST
 :: titanic quarter :: habitations
-