AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
l'aventure #LOVEISLOVE s'arrête là, le forum ferme ses portes

Partagez | 
 

 Why can't we talk like before ? [Famille O'Neill]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


↳ ÂGE : quarante et un ans
↳ CÔTÉ COEUR : Coeur libre et heureuse ainsi
↳ ORIENTATION : Le feeling parle pour moi, me fait ressentir l'harmonie qui me fait vivre
↳ OCCUPATION : Travaille pour l'association Rainbow Project
↳ INSCRIT LE : 27/11/2016
↳ CLICS : 76 ↳ POINTS : 120
↳ PSEUDO : aingeal
↳ AVATAR : Charlize Theron

MessageSujet: Why can't we talk like before ? [Famille O'Neill]   Sam 17 Déc - 15:38


Lumen & Niamh

Why can't we talk like before ?


Après avoir envoyé mon message à Lumen, je ne lâchai pas mon portable des yeux, attendant impatiemment sa réponse. J’avais peur qu’elle m’envoie promener, qu’elle me dise qu’elle avait déjà prévu d’aller voir ses amis ou qu’elle avait des devoirs à faire. Cela faisait trop longtemps que je n’avais pas pu passer une soirée tranquillement avec elle. Je savais que c’était en parti ma faute, j’avais passé trop de temps au centre et les disputes continuelles ne m’avaient pas aidée à changer mes mauvaises habitudes, c’était même devenu pire depuis une semaine. Mais je ne pouvais pas laisser la situation s’empirer, je ne voulais pas voir ma fille partir de la maison en colère contre moi, je voulais retrouver mon lien avec elle. Discuter avec les jeunes de l’association de leurs relations chaotiques avec leurs parents et, surtout, discuter avec Lenny m’avait fait réaliser que je devais m’accrocher, qu’importe si elle me rejetait encore et encore. Je devais être présente pour elle et lui faire savoir qu’elle pouvait revenir vers moi à tout instant, dès qu’elle serait prête. Une petite sonnerie tinta dans le bureau et un sourire immense s’afficha sur mon visage alors que j’attrapai le téléphone fixe. « Allo ? Damian ? Est-ce que tu pourrais nous préparer deux pizzas pour ce soir s’il te plaît ? Merci, je passerai vers 19h. » Je raccrochai, toujours un grand sourire aux lèvres, et me dépêchai de finir de remplir mes papiers administratifs. Après une bonne heure à essayer de me concentrer dessus, je finis par abandonner en réalisant que je n’avançais pas à force de vérifier l’heure. Je sortis alors de mon bureau et rejoignis un petit groupe de jeunes posés dans la salle détente. A peine m’étais-je assise près d’eux qu’ils réussirent à me faire céder pour jouer avec eux, me menant vers une suite sans fin de défaites plus terribles les unes que les autres. « Tu ne veux pas venir avec nous ? » Malgré toute l’excitation qui montait à notre table, je gardai toujours un œil autour de moi et cela faisait déjà quelques minutes que j’avais remarqué une demoiselle qui jetait des regards vers nous sans oser s’approcher. « Je ne connais pas le jeu. » « Viens, je vais t’expliquer ! Enfin, je vais essayer parce que c’est pas glorieux pour l’instant. Mais à deux, ça devrait être plus facile, non ? » Je lui fis un doux sourire et fis un léger mouvement de la tête pour l’encourager à venir s’asseoir à côté de moi. Bientôt, bien que les cartes restaient dans mes mains, je la laissais me conseiller sur mes prochains coups, rattrapant rapidement mon score médiocre. Je la sentis se détendre près de moi, se laissant lentement emporter par l’esprit joyeux du groupe. Quand elle vint prendre une carte dans mon jeu, j’en profitai pour le lui glisser dans les siennes avec un sourire. « Tiens, tu te débrouilleras bien mieux sans moi ma belle. Je dois y aller de toute façon. Je vous dis à demain les jeunes ? Et je compte sur toi pour les battre à plate couture ! » Je lui fis un clin d’œil avant de me lever et de sortir la salle de nouveau remplie de rires. Je fis un détour dans mon bureau pour récupérer mon sac et sortis du centre pour aller directement chercher ma voiture. Après un trajet rapide et sans accroc, je me garai devant la pizzeria avant d’aller m’asseoir directement au comptoir, tapotant fébrilement contre le bois de mes mains. Je fis un signe de tête à Damian lorsqu’il me demanda d’attendre quelques minutes et j’attrapai un menu pour voir ce qu’il avait pu rajouter dans ses recettes. « Vous faites une soirée mère-fille ? Ça faisait longtemps. » « Yep, j’avais moins de temps ces dernières semaines, mais je me rattrape ce soir. Tu nous as préparé quoi ? » Il haussa les épaules avec un petit sourire mutin et je rigolai avant de lui tendre ma monnaie en le remerciant. J’attrapai les cartons qu’il avait posés près de moi et sortis en lui souhaitant une bonne soirée. Je ne tardai pas sur le trajet du retour et allai directement vers notre appartement. « Lux, tu es rentrée ? » Pas de réponse. Je posai mes clés sur le portant près de la porte, posai mon sac au sol, puis me dirigeai vers le salon pour poser les pizzas sur la table basse et mon manteau sur le canapé. Je fis un petit tour dans la cuisine pour nous récupérer des sodas et des serviettes et me retournai en attendant la porte s’ouvrir. « Lux, tu arrives juste à temps ! Le repas est prêt et chaud. Tu as choisi le premier film ? » Je n’entendis toujours pas de réponse. Fronçant les sourcils, je marchai jusqu’au couloir d’entrée. « Tout va bien ma puce ? »


Dernière édition par Niamh O'Neill le Mer 11 Jan - 20:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loveislove.forumactif.com/t681-niamh-i-won-t-give-up http://loveislove.forumactif.com/t699-aingeal http://loveislove.forumactif.com/t708-aingeal http://loveislove.forumactif.com/t707-aingeal
avatar

InvitéInvité


MessageSujet: Re: Why can't we talk like before ? [Famille O'Neill]   Mer 28 Déc - 23:14

explosion
niamh && lumen


Elle poussa un long soupir et verrouilla son téléphone avant de le fourrer dans la poche de sa veste. Sa mère qui lui demandait si elle acceptait de passer la soirée avec elle, c’était un monde ! Comme si c’était elle qui refusait de passer du temps avec sa génitrice… Elle ne comprenait décidément rien. La jeune femme s’arrêta à la sortie du lycée et elle étreignit ses amies avant de les saluer. « Désolée. Ma mère veut qu’on mange ensemble ce soir… » Le petit groupe fit la moue mais tous souhaitèrent la bonne chance à Lumen. Comme si elle allait passer le pire moment de sa vie. L’intéressée ressortit son téléphone et écrit une réponse à sa mère. 'OK pour ce soir. Mais c’est moi qui choisi le film' Elle envoya et pris le chemin de l’arrêt de bus, écouteurs vissés sur les oreilles, la musique se déversant en un flot continu dans son crâne. Elle avait besoin de ça pour s’évader, pour oublier le présent, et ce quotidien si morose qu’elle était obligée de supporter.

Une fois à l’arrêt, elle se concentra sur les dernières nouveautés de #loveislove et combla son temps d’attente ainsi, comme chaque jour. Comme toujours. Quelqu’un l’interpella soudain et elle sursauta avant de souffler de désappointement. « Qu’est ce qu… Oh, c’est toi. » Un jeune homme lui souriait, un peu gêné visiblement. Elle ce n’était pas n’importe quel garçon. C’était lui. Celui pour qui elle craquait. Le type de dernière année qui faisait passait toujours des heures à la bibliothèque et qui jouait dans l’équipe de basket de l’école. « Excuse moi de te déranger mais… je crois que t’as raté le bus. » Elle ouvrit de grands yeux et se releva d’un coup, le rouge lui brûlant les joues. « Hein ? » Il grimaça et haussa les épaules, visiblement désolé. « Je te regardais de loin et… enfin bref, voilà quoi… je voulais pas que tu attendes ici des heures pour rien. » Sur le moment, elle fut incapable de réagir. Devait-elle se mettre à hurler parce qu’une fois encore son inattention lui avait coûté le dernier bus, ou bien se réjouir que ce coup du destin ait amené son crush à s’adresser à elle ? Dans un premier temps, Lumen se sentit terriblement bête et honteuse, puis elle s’imagina déjà devoir rentrer à pieds, ou pire, appeler sa mère pour qu’elle vienne la chercher. Et enfin, il y avait lui… se retrouver seule à ses côtés, c’était comme se voir offrir la Lune, et elle avait l’impression d’être la plus chanceuse du monde. Elle poussa un soupir dépité – autant pour la forme que par réel dépit – et finit par lui sourire gentiment. « Merci… sans toi j’étais bonne pour poiroter là un bon moment ! Enfin… je ferais mieux de me mettre en route maintenant si je veux pas rentrer en retard. » Elle rassembla ses affaires et ajusta sa veste pour ne pas subir le froid. Alors qu’elle s’apprêtait à quitter le jeune homme, ce dernier l’interpella. « J’peux… j’peux te ramener… si tu veux ? » Son sourire s’illumina malgré elle et elle faillit lui sauter au cou. « OUI ! Enfin j’veux dire… c’est gentil. » Elle sentit ses joues se colorer pour la seconde fois en quelques minutes, et le suivit jusqu’à sa voiture.

Après lui avoir indiqué l’adresse, ils partirent. Ils parlèrent de tout et de rien, et étrangement, Lumen se sentait de moins en moins gêné au fil des kilomètres. Elle apprenait à le connaître, à le voir au naturel, plutôt que simplement l’observer de loin, et elle l’aimait de plus en plus… Lorsqu’ils arrivèrent devant chez elle, la lycéenne hésita un instant puis elle se pencha pour déposer un doux baiser sur sa joue. « Merci. Tu m’as sauvé la mise ! » Il sourit d’un air étrange et elle se mordit la lèvre. « Pas de quoi. Je m’en serais voulu de te laisser rentrer seul dans ce froid… On se voit lundi ? » Elle acquiesça d’un signe de tête et sortit. Il s’en alla et elle lui fit signe, restant figée ainsi dans la nuit pendant longtemps. Elle se rappela soudain sa mère et jura, constatant que la voiture était là et qu’elle était donc déjà rentrée. La jeune femme s’imaginait déjà devoir expliquer son retard et s’entendre poser mille questions auxquelles elle n’avait aucune envie de répondre. En vérité, elle avait juste envie de passer la soirée à rêvasser sur son bel apollon et appeler toutes ses copines pour leur raconter de ce qui venait de lui arriver.

Elle rentra doucement et déposa négligemment ses affaires dans l’entrée. La voix de sa mère lui parvint de la cuisine et elle soupira. Et voilà, ça commence.
Lumen détestait lorsque sa mère l’interrogeait. Parfois, elle regrettait ses années à vivre à ses côtés au centre LGBT, au moins à cette époque, elles savaient chacune ce que faisait l’autre de sa passionnante journée. La jeune femme ignora volontairement sa mère et retira ses chaussures avant de récupérer son téléphone dans la poche de sa veste. Sa mère arriva au même moment, elle semblait soucieuse et Lumen hésita un moment. Elle finit par hausser les épaules d’un air ailleurs. « J’ai juste raté le bus. Encore. » Elle ne dit rien de plus et passa à côté de sa mère sans même la regarder, les yeux rivés sur son écran pour éviter d’avoir à croiser le regard de Niamh. Elle s’assit sur un tabouret de la cuisine et jeta un œil aux pizzas qui trônaient sur la table. « J’ai une tonne de trucs à faire pour le lycée… tu crois qu’on pourrait remettre notre film à demain soir ? J’ai pas la tête à ça. » Elle finit enfin par regarder sa mère, de ce regard de pauvre petite fille qui l’avait déjà si souvent faite craquer. Elle espérait bien que ça marche, une nouvelle fois, mais quelque chose lui disait que ça ne serait pas si simple.



― made by hope ―
Revenir en haut Aller en bas
avatar


↳ ÂGE : quarante et un ans
↳ CÔTÉ COEUR : Coeur libre et heureuse ainsi
↳ ORIENTATION : Le feeling parle pour moi, me fait ressentir l'harmonie qui me fait vivre
↳ OCCUPATION : Travaille pour l'association Rainbow Project
↳ INSCRIT LE : 27/11/2016
↳ CLICS : 76 ↳ POINTS : 120
↳ PSEUDO : aingeal
↳ AVATAR : Charlize Theron

MessageSujet: Re: Why can't we talk like before ? [Famille O'Neill]   Mer 11 Jan - 21:04


Lumen & Niamh

Why can't we talk like before ?


Je n’arrivais toujours pas à me faire à l’idée que Lumen avait soudain décidé de ne pas me répondre quand elle entrait dans l’appartement. Elle m’avait habituée à crier dans l’entrée pour me prévenir qu’elle était de retour et, tout d’un coup, sa petite crise d’adolescente avait pris le dessus pour me faire apercevoir une gamine boudeuse dès qu’elle arrivait dans la même pièce que moi. Et comme à chaque fois, c’était toujours l’inquiétude qui m’agitait avant de la voir pencher sur son portable, le regard toujours fuyant. « J’ai juste raté le bus. Encore. » Je savais que Lumen était du genre rêveuse et qu’elle avait du mal à se concentrer, mais elle semblait oublier de plus en plus fréquemment ses rendez-vous ou les horaires en règle générale, ce n’était pas normal. Je fus tentée de lui poser plus de questions pour essayer de comprendre ce qui lui arrivait sauf qu’elle me passa devant sans même me regarder, comme si je n’étais pas sur son chemin. Je fronçai les sourcils devant ce comportement provocateur et la suivis d’un regard intense alors qu’elle allait se poser sur l’un des tabourets de la cuisine. « J’ai une tonne de trucs à faire pour le lycée… tu crois qu’on pourrait remettre notre film à demain soir ? J’ai pas la tête à ça. » Je m’avançai vers la table, prête à poser de nouvelles questions, mais je fus une nouvelle fois prise de court par le regard suppliant de ma fille. Comment pouvais-je lui dire non quand elle avait une telle expression ? Je soufflai doucement avant de m’approcher de la table. « Si tu n’as vraiment pas la tête à ça, je ne vais pas te forcer… Tu n’as qu’à monter maintenant pour commencer à t’avancer sur tes devoirs et tu me diras quand tu auras faim que je mette les pizzas à réchauffer. » Je fis le tour de la table pour la rattraper avant qu’elle ne disparaisse dans les escaliers et déposai un baiser sur sa tempe. Je me doutais qu’elle n’appréciait peut-être pas ce geste de ma part, mais j’avais envie de lui montrer qu’elle n’avait pas à me rejeter sans arrêt. Lorsque je me retrouvai finalement seule en bas, je regardai autour de moi sans savoir quoi faire. Je n’avais pas prévu un tel renversement de situation, pas après reçu son sms plutôt positif plus tôt dans l’après-midi. Je soufflai une nouvelle fois avant de récupérer mon manteau sur le canapé et de retourner dans l’entrée pour le ranger correctement. J’en profitai pour remettre de l’ordre dans le désordre de ma fille. Seulement, cela ne me prit même pas une minute et je finis par me retrouver assise dans le salon sans savoir quoi faire de moi. Je pris le livre posé sur la table basse et l’ouvris sur la dernière page lue, mais je me rendis vite compte que je me contentai de relire la même phrase encore et encore. Je sortis alors mon portable pour voir les nouvelles sur #loveislove, mais mon travail me demandait de rester tellement à jour sur les nouveautés de la communauté qu’il n’y avait rien de particulièrement captivant depuis que j’étais sortie du centre. Je le jetai sur le canapé et posai ma main sur l’accoudoir, mes doigts venant rapidement pianoter contre la surface dure. Puis, sans prévenir, je me relevai rapidement et montai discrètement les escaliers. Je me dirigeai droit vers la chambre de Lumen et toquai doucement avant d’ouvrir la porte. « Tout va bien ici, tu t’en sors ? » Je m’avançai lentement dans sa chambre, faisant attention à ne pas toucher à ses affaires, et vins me placer près d’elle. « Tu travailles sur quoi là ? Je peux peut-être t’aider si tu veux ? Sauf si ça te dit de faire une petite pause pour manger ou jouer un peu de musique ? Ça fait longtemps que tu ne m’as pas fait écouter les morceaux sur lesquels tu travailles. » J’essayais d’être la plus positive possible, de lui faire ressentir mon envie d’être là pour elle, sauf que la tension se fit plus intense encore. Je ne comprenais pas pourquoi le malaise continuait de grandir entre nous. Je n’étais peut-être pas tout à fait honnête avec elle, mais c’était la meilleure solution pour elle, je ne pouvais pas lui dire pour sa mère sans être certaine que celle-ci ne fuirait pas une nouvelle fois. Et cette situation entre nous datait d’avant ça, ce ne pouvait pas être le seul problème dans notre relation. « Lux, si tu as un soucis avec quelqu’un ou une envie de parler, tu peux venir me voir. Tu le sais ça, hein ? » Avant même que je ne finisse ma phrase, je réalisai que je n’avais pas été la plus fine dans ma façon de lui parler et je craignis sa réaction, autant explosive que renfermée. Je n’avais vraiment pas besoin d’empirer les choses entre nous, pas en ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://loveislove.forumactif.com/t681-niamh-i-won-t-give-up http://loveislove.forumactif.com/t699-aingeal http://loveislove.forumactif.com/t708-aingeal http://loveislove.forumactif.com/t707-aingeal

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Why can't we talk like before ? [Famille O'Neill]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Why can't we talk like before ? [Famille O'Neill]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les huiles essentielles pour toute la famille
» La famille DIOR
» Famille de Clercy évoquée par Claude LESUEUR maire du Tilleul
» Les noms de famille de l'Orne
» Du nouveau ministere de la famille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
#loveislove :: 
WELCOME TO BELFAST
 :: titanic quarter :: habitations
-